Marcel Duchamp PDF

Shown to marcel Duchamp PDF left is the 2nd version of Bicycle Wheel, 1916-17. The original 1913 version and this 2nd version are lost. 1917, is on the floor, lower left.


Que sait-on, au juste, du très étrange Marcel Duchamp ? Et quels furent la vie et le projet de cet homme dont l’ombre facétieuse plane sur toute l’histoire de l’art contemporain ? De l' » Anartiste  » qui inventa le  » ready-made « , qui signa une pissotière en 1917, ou qui ajouta moustache et barbiche à la Joconde, André Breton affirmait qu’il était  » l’homme le plus intelligent du vingtième siècle « . Phare du surréalisme, correspondant du dadaïsme à New York, Duchamp exerça également son influence décisive sur Picabia et Man Ray. Ajoutons, enfin, que des artistes aussi différents que Jasper Johns, Robert Rauschenberg, John Cage ou surtout Andy Warhol, le tinrent pour leur maître absolu… Pourtant, l’œuvre de Marcel Duchamp demeure énigmatique. Plus cérébrale que virtuelle, située  » au-delà  » du goût ou de la délectation esthétique, propice par nature au scandale et au malentendu, elle demeure la manifestation la plus radicale d’un esprit en liberté. Et, entre la France et l’Amérique, la liberté de Marcel Duchamp tissa des liens dont l’entrelacs restait, à ce jour, inexploré. Avec cette première biographie d’envergure – la première publiée en français – le mythe Duchamp est enfin disséqué avec minutie. Et sa biographe défriche allègrement l’existence romanesque,  » nietzschéenne  » et libertine d’un homme, né en 1887, qui connut sa gloire américaine à l’âge de 28 ans, et qui inventa rien de moins que notre modernité. Stratégies, hasards, ruses, anecdotes, rencontres, succès, provocations – voici la vraie vie de l' » Anartiste « . Et le fascinant destin de celui qui est devenu, contre vents et marées, la figure tutélaire de l’art contemporain.

The readymades of Marcel Duchamp are ordinary manufactured objects that the artist selected and modified, as an antidote to what he called « retinal art ». Duchamp was not interested in what he called « retinal art » — art that was only visual — and sought other methods of expression. United States to describe manufactured items to distinguish them from handmade goods. The first definition of « readymade » appeared in André Breton and Paul Éluard’s Dictionnaire abrégé du Surréalisme: « an ordinary object elevated to the dignity of a work of art by the mere choice of an artist. Duchamp only made a total of 13 readymades over a period of time of 30 years. He felt that he could only avoid the trap of his own taste by limiting output, though he was aware of the contradiction of avoiding taste, yet also selecting an object. Taste, he felt, whether « good » or « bad, » was the « enemy of art.

His conception of the readymade changed and developed over time. My intention was to get away from myself, » he said, « though I knew perfectly well that I was using myself. Call it a little game between ‘I’ and ‘me' ». Duchamp was unable to define or explain his opinion of readymades: « The curious thing about the readymade is that I’ve never been able to arrive at a definition or explanation that fully satisfies me. Much later in life Duchamp said, « I’m not at all sure that the concept of the readymade isn’t the most important single idea to come out of my work.