Marcel Mauss : Le fait social total PDF

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut marcel Mauss : Le fait social total PDF  wikifier . Les points d’amélioration suivants sont les cas les plus fréquents. Le détail des points à revoir est peut-être précisé sur la page de discussion. Les titres sont pré-formatés par le logiciel.


Ils ne sont ni en capitales, ni en gras. Le gras n’est utilisé que pour surligner le titre de l’article dans l’introduction, une seule fois. L’italique est rarement utilisé : mots en langue étrangère, titres d’œuvres, noms de bateaux, etc. Les citations ne sont pas en italique mais en corps de texte normal.

Elles sont entourées par des guillemets français :  et . Les listes à puces sont à éviter, des paragraphes rédigés étant largement préférés. Créez des liens vers des articles approfondissant le sujet. Les termes génériques sans rapport avec le sujet sont à éviter, ainsi que les répétitions de liens vers un même terme.

Les liens externes sont à placer uniquement dans une section  Liens externes , à la fin de l’article. Ces liens sont à choisir avec parcimonie suivant les règles définies. Pour une aide détaillée, merci de consulter Aide:Wikification. Si vous pensez que ces points ont été résolus, vous pouvez retirer ce bandeau et améliorer la mise en forme d’un autre article. Le fait social total est un outil méthodologique et un concept de sciences humaines, notamment en anthropologie et en sociologie, forgé par Marcel Mauss. Cet outil a pour principe de laisser l’objet d’étude se dévoiler lui-même, c’est-à-dire que c’est l’individu qui donne un sens à sa pratique, et non le chercheur.

Mauss l’illustre dans son essai sur le don et contre-don en prenant l’exemple de prestation totale de la Kula et du potlatch. Pour lui, la société s’étudie dans son ensemble par une décomposition, puis une recomposition du tout. Cité par Francesco Fistetti,  Le « Global Turn » entre philosophie et sciences sociales : le paradigme hybride du don , Revue du MAUSS permanente, 27 octobre 2010 . Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 27 décembre 2018 à 20:31. Marcel Mauss naît en 1872 dans la ville d’Épinal. En 1895, Marcel Mauss obtient l’agrégation de philosophie, qu’il a préparée à Bordeaux, où il a rejoint en 1890 Durkheim, qui y enseigne cette discipline.

En 1901, il rejoint l’équipe de L’Année sociologique, revue biennale créée par Émile Durkheim. Celui-ci décédera en 1917 et Mauss se verra échoir du travail de publication posthume de son oncle. Il a connu deux Guerres mondiales et a été un militant socialiste fidèle à ses convictions, ayant pris position en faveur du capitaine dans l’Affaire Dreyfus, se rapprochant à cette occasion de Jean Jaurès. Envoi autographe de Marcel Mauss à Georges Dumas conservé à la Bibliothèque de sciences humaines et sociales Paris Descartes-CNRS. Sa thèse sur la prière reste inachevée.

Il veut saisir les réalités dans leur totalité et pour cela élabore le concept novateur de  fait social total , qui connaîtra un vif succès d’intérêt et d’usage en sciences sociales. Marcel Mauss veut aussi appréhender l’être humain dans sa réalité concrète : physiologique, psychologique et sociologique. Méthode : il est partisan d’une division du travail entre celui qui collecte les faits — tâche qu’il assigne à l’ethnographe — et celui qui les interprète pour les rendre intelligibles. Il faut des sociologues et des ethnographes. Marcel Mauss a très peu pratiqué les études de terrain, à une période où cette méthode qui s’impose progressivement dans le monde anglo-saxon, notamment sous l’influence de Malinowski, restait marginale, en particulier en France.

Elles concernent son travail de sociologue, mais aussi son exploration de l’ethnographie et de l’histoire des religions, de l’Economie et de l’innovation sociale. La religion et les origines du droit pénal d’après un livre récent , la Revue de l’histoire des religions, no 34, 1896, pp. L’école anthropologique anglaise et la théorie de la religion selon Jevons. Religions populaires et folklore de l’Inde septentrionale. Essai sur la nature et la fonction du sacrifice , l’Année sociologique, no 2, 1899, pages 29 à 138. Groot : The Religious System of China. Its Ancient Forms, Evolution, History and Present Aspect.

Manners, Customs and Social institutions Connected therewith. Sociologie  , la Grande Encyclopédie, vol. 30, Société anonyme de la Grande Encyclopédie, Paris, 1901. Revue de l’histoire des religions, 45, 1902, pp.