Mazarinades : La Fronde des mots PDF

Une mazarinade est une pièce de vers satiriques ou burlesques, un pamphlet ou un libelle en prose, publié du temps de la Fronde, au sujet du cardinal Mazarin. Celle qui est peut-être la première des mazarinades, intitulée la Requête des trois états mazarinades : La Fronde des mots PDF Gouvernement de l’Île de France au parlement de Paris, contre Mazarin, parut vers la fin de 1648.


Pendant les troubles de la Fronde, de 1648 à 1653, des milliers de mazarinades (pamphlets, chansons, placards, lettres vraies ou fausses…) ont été écrites et diffusées. Sur le papier, tous les coups
semblent permis: il s’agit, en effet, d’une littérature de combat. C’est de ce point de vue, celui de l’action, que ces armes redoutables sont étudiées dans ce livre devenu un classique: l’objectif étant de repérer et d’analyser les fonctionnements de la polémique. Qui étaient les auteurs des mazarinades ? Quel rapport entre la plume d’un cardinal, celle d’un parlementaire, celle d’un prêtre gascon ou encore d’un autodidacte qui passait pour fou? Et qui étaient les lecteurs? Les réponses sont dans les textes, à condition de respecter leur cohérence et de comprendre leur rôle dans le secret d’un complot ou l’ostentation d’un spectacle.

Par comparaison avec les pamphlets du temps de la Ligue où, sous l’ardeur des passions en jeu, la violence unie à la verve donne un caractère sérieux au tout, les mazarinades de la Fronde où les vanités et les rancunes mesquines ont remplacé les passions, la légèreté railleuse qui perce à travers les violences apparentes laisse, en définitive, la gaieté l’emporter. Paris fut alors pris d’une folie héroï-comique. Mon ami, De Condé, Longueville et Conti ? Le cardinal de Retz écrit plus tard :  II y a plus de soixante volumes de pièces composées dans le cours de la guerre civile, et je crois pouvoir dire avec vérité qu’il n’y a pas cent feuillets qui méritent qu’on les lise. Paul Scarron, auteur de plusieurs mazarinades. Parmi les pièces les plus fameuses, celle datée du 11 mars 1651, intitulée la Mazarinade, donna son titre à toutes les autres.

Mazarin, Du pays d’où vient Tabarin, Es-tu venu troubler le nostre ! Va-t’en dans Rome estaller Les biens qu’on t’a laissé voler. Cyrano de Bergerac, d’abord hostile, puis favorable à Mazarin. Parmi les autres mazarinades, une des plus originales et qui reflète le mieux l’esprit du temps, est le Catéchisme des courtisans de la cour de Mazarin qui contient les demandes et les réponses suivantes :  — Qu’est-ce que Paris ? Le paradis des femmes, le purgatoire des hommes et l’enfer des chevaux. Des écrits en faveur de Mazarin, le plus célèbre est celui de Gabriel Naudé, intitulé Jugement de tout ce qui a esté imprimé contre le cardinal Mazarin, depuis le sixième janvier jusques à la déclaration du 1er avril 1649. Beaucoup de pièces portent la rubrique d’Anvers ou de Bruxelles, la plupart sont très incorrectes au point de vue typographique, quelques-unes sont ornées de gravures.

La bibliothèque de Saint-Pétersbourg possède 137 gros volumes de mazarinades contenant environ 6 000 pièces. Jean-Marie Constant, C’était La Fronde, Flammarion 2016 p. French Printed Collections, 1501-1850 , sur www. Anonyme, Œuvres de l’inconnu sur les mouvements de Guyenne. Dédiées à Monseigneur l’éminentissime cardinal Jules Mazarin, Paris, P.

Anonyme, Question canonique, si Monsieur le prince a peu prendre les armes en conscience et si ceux qui prennent son parti offensent Dieu. Contre les théologiens courtisans, Bordeaux, P. Targa, imprimeur de archevêché, 1651, 21 p. Anonyme, Histoire des mouvements de Bourdeaux. 1, Bordeaux, Jacques Mongiron Millanges, 1651, 456 p.

Anonyme, Relation de la marche et progrez de l’armée commandé par Monsieur le marquis de Sauvebeuf, Général de l’armée du Roy, sous l’authorité du Parlemant de Bourdeaux, Bordeaux, Jacques Mongiron Millanges, 1649, 8 p. Jules Delpit, Le prince ridicule, mazarinade inédite composée en 1650, Bordeaux, J. Pierre-Louis Berthaud, Des mazarinades à Gric de Prat. Le réalisme dans la literature gasconne du Bordelais, 1952, 23 p. Pelette, Lancelot de Mullet, abbé de Vertheuil, est-il l’auteur de la Mazarinade « Jugement du curé Bourdelois » ?