Mercedes 300 SL/SLR PDF

La Mercedes-Benz 300 SLR est une voiture de course engagée par Mercedes-Benz dans les mercedes 300 SL/SLR PDF  sport  de la saison 1955. Son nom reste associé au drame des 24 Heures du Mans 1955.


La Seconde Guerre mondiale laisse l’Allemagne exsangue. L’industrie la plus touchée ? Certainement l’automobile… C’est donc avec les produits de l’avant-guerre que l’on se lance dans l’après. Pas d’innovations, juste quelques améliorations. Parler de voiture de sport, voire de compétition automobile, c’est, en cette période de reconstruction, totalement incongru. Chez Mercedes pourtant, on ose. En cachette d’abord, puis au grand jour au début de l’année 1954, avec la présentation de la 300 SL au Salon de New-YorK. Émoi aux USA, émoi sur la planète : ce coupé est une vraie voiture de course et ses portes « papillons » lui assurent déjà une folle notoriété. Et quelle technique ! Un « must » est né. Le grand monde se l’arrache et la belle ose s’habiller en sportive. Mieux, après une carrière brève mais bien remplie, elle mue en somptueux cabriolet. Quant au sport, elle le laissera à l’une de ses descendantes, la SLR. Une auto qui fera beaucoup pour l’aura de la 300 SL et de la marque à l’étoile partout dans le monde. Histoire courte, histoire riche : un livre s’imposait !

Une innovation fut apportée sur cette voiture. Mercedes venait de rajouter un frein aérodynamique afin de pouvoir rivaliser avec la Jaguar Type D au Mans 1955. Jaguar avait inventé les freins à disques et il était hors de questions de les fournir aux marques concurrentes. Ce frein aérodynamique portait le nom de système Intrados.

Grand Prix routier de Suède en août. La Mercedes-Benz 300 SLR de Rudolf Uhlenhaut est estimée entre 70 et plus de 100 millions d’euros, par le directeur du Musée Mercedes-Benz de Stuttgart. Article détaillé : 24 Heures du Mans 1955. La Mercedes-Benz 300 SLR de Rudolf Uhlenhaut. La domination des 300 SLR fut pourtant entachée par le drame des 24 Heures du Mans de 1955. La direction de Mercedes décida quelques heures plus tard de retirer de la course les 300 SLR encore en lice, et notamment celle de l’équipage star Fangio-Moss alors en tête de l’épreuve.

Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 6 décembre 2018 à 08:52. A mecânica não é especialmente moderna: tem apenas três válvulas por cilindro e a caixa automática, do tipo conversor de binário, possui apenas cinco relações. O « Coupé Uhlenhaut » Juan Manuel Fangio, Stirling Moss e Karl Kling — três dos grandes pilotos que escreveram a história do desporto automóvel — foram os responsáveis em meados dos anos 1950 pelo estrondoso sucesso do 300 SLR da Mercedes-Benz, nas competições de desporto automóvel. Este modelo causou sensação em finais de 1955, quando posto a circular em estrada. O SLR utiliza um sistema de freios chamado Sensotronic, que é um sistema Brake-by-wire. Os discos de freio são de carbono-cerâmica e garantem um maior poder de parada e resistência a fadiga em relação aos discos de aço quando operados fora da temperatura ideal de uso.

Para melhorar a performance de frenagem existe também um freio aéreo, quando o freio é acionado o spoiler traseiro se eleva para 65 graus. 4L de 626 CV de potência. O SLR usa a transmissão de 5 velocidades AMG SPEEDSHIFT R, que conta com três modos manuais. O motivo da escolha, pela Mercedes-Benz, de uma transmissão de 5 velocidades foi por questão da durabilidade maior dessa tranmissão em relação a caixa de 7 velocidades, a qual é muito mais complexa e usa muito mais peças pois ocorre uma simultânea percorrência. Mille Miglia no ano de 1955. No entanto o modelo normal tem hoje em dia una cotação mais alta. Esta página foi editada pela última vez às 19h49min de 19 de setembro de 2018.