Mises en scene de l’invisible PDF

Le hacker est quelqu’un qui cherche les failles et les vulnérabilités d’un système. Dans Hacking citoyen, j’ai choisi le hacking pour sa liberté d’action et ses similitudes avec certaines démarches du design. Silicon Maniacs, c’est une équipe de web journalistes geek et passionnés de nouvelles tech incubée à La Cantine, temple parisien des nouvelles technologies. C’est également un dispositif média propulsé en décembre 2010 par l’association Silicon Sentier, une association mises en scene de l’invisible PDF’entrepreneurs technos et innovante.


Ce livre est le premier volume d un doublet. Il interroge les rapports à l image, au sens et à l art, à partir d un regard occidental tourné vers la Chine. Comment des facteurs historiques, sociaux et psychologiques influencent-ils la constitution et la représentation de l espace-temps des oeuvres d art ? Comment le contexte historico-culturel du processus créatif se manifeste-t-il dans la mise en forme spatio-culturel du processus créatif se manifeste-il ans la mise en forme spatio-temporelle des oeuvres ? ces interrogations prennent sens dans une tension entre esthétique et herméneutique, entre d une part, compréhension ouverte de l art, des arts et des oeuvres et, d autre part, interprétation des images et des oeuvres.

Pendant les conférences de Lift, le thème de l’éthique a été abordé mais pas vraiment creusé. Pourtant, pour Geoffrey, c’est un aspect essentiel. Dès son projet de diplôme de l’ENSAD, il avait travaillé sur le  hacking citoyen  : intégrer le hacking dans des process de design pour entamer une réflexion dessus et faire des propositions pour aider le citoyen à garder ça liberté. Faculté de Médecine, site Cochin à Port-Royal. Cette présentation s’inscrit dans le cadre des Fabeliers, ce sont des événements de 2h le mercredi vers 18h, avec une partie de présentation, et une partie plus sur la pratique. Mais la question, tout comme les termes du débat, a bien mal été posée. D’autre part, parce que s’il y a bien montée en puissance de la société de surveillance, l’internet y apparaît non pas tant comme une partie du problème que comme une partie de la solution.