Moustapha Kamel l’Egyptien : L’homme et l’oeuvre, Mouvement nationaliste et affaires égyptiennes (1881-1914) PDF

17 février : arrivée du père Siméon Lourdel à Entebbe. La Congrégation des Pères Blancs, catholique, s’installe moustapha Kamel l’Egyptien : L’homme et l’oeuvre, Mouvement nationaliste et affaires égyptiennes (1881-1914) PDF Bouganda. Antoine Chanzy, en conflit avec les représentants des Européens, doit céder la place. Le gouverneur entreprend des réformes de l’éducation et de l’armée.


Tous les Égyptiens s’accordent aujourd’hui pour affirmer que sans sa disparition prématurée, Moustapha Kamel aurait été amené à changer le cours de bien des événements importants qu’a connus son pays : l’Egypte, tant il est vrai qu’il appartient au prototype de l’intellectuel agitateur. Polémiste violent, orateur fougueux, mû par les sentiments nationalistes les plus nobles, on l’a vu clamant haut et fort :  » L’Egypte aux Egyptiens « , doué d’une culture, d’un humanisme et d’un charisme qui annoncent dans l’Histoire politique, au début du XXe` siècle, l’avènement d’un mouvement nationaliste, le Parti National égyptien. Moustapha Kamel fut l’homme qui introduisit les masses dans la vie politique. Ses meetings populaires préparèrent le pays à  » la révolte du peuple  » contre l’occupation britannique et le diktat de l’Empire ottoman. Le leader conçut une ambitieuse politique à laquelle il tenta d’associer la France. Sa culture française, dont témoigne sa correspondance importante avec Juliette Adam, mais également avec Pierre Loti, le prédisposait à gagner la sympathie des cercles dirigeants français, dont le président Félix Faure. Cet ouvrage tente d’expliquer le contexte historique dans lequel se sont élaborées les forces qui vont sous-tendre la pensée, les sentiments, le nationalisme et enfin l’œuvre sociale de Moustapha Kamel.

22 janvier : la défense de Rorke’s Drift. Zoulou Chettiwayo à la bataille d’Isandhlwana. 1er juin : mort du Prince impérial, fils de Napoléon III, officier dans l’armée anglaise en guerre contre les Zoulous. Aidés par les dissensions internes et la trahison de certains chefs, les 20 000 soldats anglais de Sir Wolseley entrent dans Ulundi, la capitale zoulou. Articles détaillés : 1879 au Canada, 1879 au Nouveau-Brunswick, 1879 au Québec et 1879 aux États-Unis. Début de la guerre du Pacifique pour le contrôle des gisements de nitrate du désert d’Atacama. L’Argentine conquiert le sud de la Pampa.

Victorieux des Indiens et de leurs alliés gauchos, le général Julio Argentino Roca s’empare de leurs terres. Elle ruine un peu plus une économie déjà exsangue qui tombe aux mains des Nord-Américains. République Justo Rufino Barrios, qui réaffirme le principe fédéral, ligne directrice du parti libéral. Le pouvoir ibadite, rapatrié de Zanzibar depuis 1856, fonde sa nouvelle capitale à Salalah, ville portuaire du Dhofar de population sunnite. Février : le député britannique Laurence Oliphant quitte l’Angleterre pour un voyage en Transjordanie. Avril : départ de Zaïssan de l’expédition du colonel russe Nikolaï Prjevalski en Mongolie et dans le Tibet du Nord. Il mourra en 1883 au bord du lac Issik Koul, dans les monts Tien Shan, à nouveau sur le chemin de Lhassa.

Les Britanniques introduisent dans les plantations de canne à sucre des journaliers indiens pour pallier le manque de main-d’œuvre. Ils seront nombreux à s’installer de façon permanente en marge des populations indigènes. 25 mai : début de l’Année de la Charrue. 26 mai : traité de Gandomak qui met fin à la seconde guerre anglo-afghane. Il rédige un dictionnaire tibétain-anglais qui reste une référence. 2 octobre : signature du traité sino-russe du Livadia, qui fixe la frontière sino-russe en Asie centrale. La Russie occupe une partie de la vallée de l’Ili.