Notre grande famille : Histoire d’une tribu recomposée PDF

Le théâtre municipal de Saint-Brieuc en 2005. En 1946, séparée notre grande famille : Histoire d’une tribu recomposée PDF son mari Pierre-Marie Bourdeaux, Mado Maurin est nommée directrice des théâtres municipaux de Saint-Brieuc et de Morlaix. Le dimanche 26 janvier 1947, le petit Patrick vient au monde à Saint-Brieuc, où il ne restera que quelques mois avec sa mère avant de rejoindre la région parisienne. Dès lors, la tribu de ce qui devient bientôt  les petits Maurin  est constituée.


Tous les enfants adoptent alors ce patronyme artistique qui facilite leur placement dans divers spectacles, pièces de théâtre, émissions de télévision et films de cinéma. Le comédien Yves-Marie Maurin, l’un des six  petits Maurin . Ainsi, Patrick va accomplir sa communion solennelle en 1959, à la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre de Paris. C’est l’époque où, sans le savoir, le tout jeune Patrick qui ne ressemble pas complètement à ses frères, déclare souvent malicieusement :  Moi, on m’a trouvé dans une poubelle !

Pierre-Marie Bourdeaux, qui l’a reconnu à sa naissance. Patrick, alors âgé de 7 ans et son grand frère Jean-Pierre partent se divertir à la foire de Gouvernes. Dans un stand de tir, Patrick blesse malencontreusement le responsable de l’attraction qui passe juste devant lui au moment où il parvient, non sans mal, à tirer. Dans le film Monsieur Fabre, il donne la réplique à une immense vedette de l’époque, Pierre Fresnay, aux côtés de ses frères Jean-Pierre et Yves-Marie.

En 1958, le petit Patrick Maurin joue dans un spectacle, au Cirque d’Hiver à Paris. Selon les mêmes témoignages, ces événements auraient contribué à forger sa personnalité, à la fois rebelle, fragile et tourmentée. En 1958, il se retrouve avec son frère Yves-Marie au Cirque d’Hiver pour jouer la comédie-spectacle Jimmy Boy et Davy Crocket où il monte à cheval et tire sur des indiens aux allures de cascadeurs et de clowns. Il se voit confier peu à peu des rôles de plus en plus importants.

En 1961, dans la série télévisée La Déesse d’or, il fait partie d’un quarteron de gamins prêts à toutes les aventures. L’immeuble rue Sainte-Anne à Paris où l’acteur a vécu jusqu’en 1968. Comme Michel Polnareff, il est inscrit au cours Hattemer, une école privée de la rue de Londres où il reçoit un enseignement personnalisé et alors considéré comme  moderne . Durant sa scolarité adolescente, il noue une relation sentimentale avec une jeune fille prénommée Dominique. Fils de personne d’Henry de Montherlant au théâtre des Mathurins. Louis Jouvet, il partage les planches avec Armand Mestral.