Nouvelle histoire de la psychiatrie PDF

Les affections mentales ont longtemps été considérées comme des possessions d’un être par une entité démoniaque, diabolique. Les malades mentaux nouvelle histoire de la psychiatrie PDF auprès de leurs proches.


1. L’Antiquité : La psychiatrie de l’Antiquité gréco-romaine. La psychiatrie dans la civilisation hébraïque antique.
2. Le Moyen Age : La réflexion médiévale et l’apport arabe. La folie dans l’œuvre de Thomas d’Aquin. Le malade mental dans la société médiévale.
3. De la Renaissance aux Lumières : Entre le naturel et le démoniaque. La folie sacrée à la Renaissance. La question du renfermement des insensés. Bilan des thérapeutiques à la fin du XVIIIe siècle.
4. La naissance de la psychiatrie au début du XIXe siècle : L’Antiquité et les débuts de la psychiatrie française. De l’événement théorique à la naissance de l’asile. Esquirol et la nosographie. La législation sur les aliénés en France de la Révolution à la Monarchie de juillet. Le vote de la loi de 1838.
5. Le XIXe siècle : La construction des asiles. La paralysie générale. La paranoïa. La démence précoce et la psychose maniaco-dépressive. La théorie de la dégénérescence. Les névroses. La psychasthénie et Pierre Janet. L’épilepsie. La marche croissante de l’aliénation alcoolique. Les stupéfiants. La question de l’hystérie. L’évolution des idées sur le système nerveux central. Les thérapies de l’aliénation mentale. La vie quotidienne d’un asile d’aliénés à la fin du XIXe siècle.
6. Le XXe Siècle : Une histoire de la psychiatrie au XXe siècle. Naissance de la psychiatrie infantile. L’ère moderne des thérapies biologiques. Le métier de psychiatre et l’enseignement de la psychiatrie. La question médico-légale à travers l’expertise médicale. La nouvelle loi française sur l’internement (27 juin 1990).
7. Aspects de la psychiatrie dans le monde.

Pour éviter qu’ils ne s’automutilent ou lors des crises ils sont attachés avec un luxe de précautions pour qu’ils ne blessent pas. Seuls les malades les plus dangereux sont emprisonnés. Des institutions laïques ou religieuses peuvent s’en occuper. Les médecins Jean Wier et Juan Luis Vives s’insurgent contre la pratique du bûcher pour les fous. Ils estiment que ces derniers doivent être traités avec bienveillance et qu’il y a espoir de guérison.

Le psychiatre Philippe Pinel délivrant les aliénés à Bicêtre en 1793. Tableau de Charles-Louis Mullet exposé dans le hall de réception de l’Académie Nationale de Médecine à Paris. Après la Révolution de 1789 les fous sortent des prisons pour les asiles d’aliénés. Le rôle du personnel se réduit cependant trop souvent à celui des gardiens. Le souhait des aliénistes de l’époque est de faire de ces maisons d’aliénés un lieu de guérison. En 1820 Jean-Etienne Esquirol succède à Pinel à la Salpêtrière. Esquirol reprend les idées de son prédécesseur pour donner naissance à la réglementation psychiatrique de 1838, restée en vigueur jusqu’en 1990.