Observations sur la puissance de l’Angleterre et sur celle de la Russie PDF

Premièrement, je tiens à vous souhaiter un magnifique temps des fêtes et une merveilleuse année 2019 pour vous et vos proches. Depuis près d’un an j’ai été principalement actif dans la recherche empirique et je manquais de temps pour le blogue. Un professeur universitaire américain et ses étudiants au doctorat travaillent en ce moment sur mes données. Une partie de mes recherches sera bientôt publiée dans un chapitre consacré aux nouvelles approches sur le climat dans un livre à venir observations sur la puissance de l’Angleterre et sur celle de la Russie PDF en début 2019 par ce professeur qui a déjà participé à d’autres ouvrages sur le climat.


Observations sur la puissance de l’Angleterre et sur celle de la Russie, par Charles Dupin,… au sujet du parallèle établi par M. de Pradt entre ces puissances
Date de l’édition originale : 1823

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Souvent, l’argument de dernier recours de ceux et celles qui rejettent mes propos et qui dénient l’évolution climatique naturelle depuis les dernières décennies est que je n’ai pas été publié dans les papiers ou revues scientifiques. On me demande aussi pour qui je travaille, comme si je faisais cela pour l’argent et que j’étais subventionné par les compagnies pétrolières. J’ai investi des milliers de dollars dans cette aventure et je n’ai jamais reçu ou exigé une rémunération en retour. Retour en force du blogue dans les prochaines semaines avec beaucoup d’informations qui devront être réparties en plusieurs articles en attendant les publications américaines où d’autres données et faits scientifiques seront disponibles. Je ne veux pas nuire à l’auteur d’ici là. La « géo-ingénierie » a-t-elle la capacité de modifier le climat planétaire pour lutter contre le prétendu réchauffement climatique? Voici la question que j’ai posée à Carlos Ramirez, dont voici sa réponse « courte »!

Il est impossible à l’heure actuelle d’ajuster le climat terrestre de façon globale pour plusieurs raisons. 6 janvier dernier a de quoi faire sourire ! La chose pourrait en étonner plusieurs, mais le réchauffement climatique déjà bien en marche à l’échelle planétaire risque de favoriser le développement de vagues de froid comme celles qui ont balayé le Québec et une bonne partie du Nord-Est américain en l’espace d’à peine quelques jours. En voyant les commentaires sous l’article on perçoit les réactions émotionnelles. Certains sont convaincus du sérieux de cette publication.

Or, en science, c’est la réflexion RATIONNELLE qui doit avoir priorité. J’imagine que le fait que l’on nomme deux scientifiques à titre de référence rend le papier plus « sérieux ». Le premier scientifique est John Liu. Dans ce rapport, ils font des liens entre le réchauffement climatique anthropique et la migration des virus, l’augmentation des événements de précipitations extrêmes, de jours au-dessus du seuil d’ozone et bien sûr les vagues de chaleur. Si vous n’avez pas cliqué sur le lien de l’étude, devinez quelle période ils ont utilisée à titre de référence pour MODÉLISER les années 2050 et 2080 ?

Les données depuis le début du présent siècle sont moins intéressantes pour ceux qui ont des objectifs à atteindre avec leurs modèles. Arctique, voici la corrélation de celui-ci avec l’activité solaire. ET LE FAIT QU’IL N’Y A AUCUNE CONCORDANCE AVEC L’ACTIVITÉ HUMAINE. Il y a eu une période de fraîcheur dans les années 60 qui correspond lui aussi à l’activité solaire. Si John Liu utilise les mêmes valeurs lorsqu’il mentionne que l’Arctique se réchauffe à une vitesse 2 fois supérieure que les régions plus au sud, on peut comprendre pourquoi il est loin de la réalité du jour !