Oeuvres de Descartes. [Volume 4] (Éd.1824-1826) PDF

Frans Oeuvres de Descartes. [Volume 4] (Éd.1824-1826) PDF – Portret van René Descartes. Citation  Je pense, donc je suis. Il est considéré comme l’un des fondateurs de la philosophie moderne.


Oeuvres de Descartes. [Volume 4] / publ. par Victor Cousin… ; [et précédées de l’éloge de René Descartes par Thomas]
Date de l’édition originale : 1824-1826
Comprend : Eloge de René Descartes

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

En physique, il a apporté une contribution à l’optique et est considéré comme l’un des fondateurs du mécanisme. Le cogito marque la naissance de la subjectivité moderne. Elle se caractérise par sa simplicité et prétend rompre avec les interminables raisonnements scolastiques. Cette théorie sera critiquée dès son apparition mais plus encore à l’époque des Lumières, par exemple par Voltaire, Diderot ou encore Rousseau. Statue de René Descartes dans la ville qui s’appelle Descartes depuis 1967. Jean François, qui l’initiera aux mathématiques pendant un an. Après ses études, il part vivre à Paris.

De cette époque date un probable traité d’escrime. Il finit par se retirer en solitaire dans un quartier de la ville pour se consacrer à l’étude pendant deux années de vie cachée : Heureux qui a vécu caché est alors sa devise, il aura coutume d’affirmer, rejetant les artefacts et les prétentions de la reconnaissance sociale ou de la célébrité, qu’il préfère en toute chose avancer masqué. Il s’engage alors en 1618 en Hollande à l’école de guerre de Maurice de Nassau, prince d’Orange, et fait la même année la connaissance du physicien Isaac Beeckman. Il s’engage alors dans l’armée du duc Maximilien de Bavière. Cette année-là, Descartes s’intéresse à l’ordre légendaire de la Rose-Croix dont il ne trouvera jamais aucun membre.

Son appartenance à cette fraternité, de même que l’existence même de cette fraternité à cette époque, est contestée. Neubourg que, dit-il, se révèle à lui une pensée décisive pour sa vie. La recherche qu’il voulut faire de ces moyens, jeta son esprit dans de violentes agitations, qui augmentèrent de plus en plus par une contention continuelle où il le tenait, sans souffrir que la promenade ni les compagnies y fissent diversion. Il nous apprend que le dixième de novembre mille six cent dix-neuf, s’étant couché tout rempli de son enthousiasme, et tout occupé de la pensée d’avoir trouvé ce jour-là les fondements de la science admirable, il eut trois songes consécutifs en une seule nuit, qu’il s’imagina ne pouvoir être venus que d’en haut.

La légende raconte que, alité, il regarde le plafond au plâtre fissuré et imagine un système de coordonnées, permettant de décrire lignes, courbes et figures géométriques par des couples de nombres arithmétiques, dont il ne reste qu’à analyser les propriétés. De 1620 à 1622, il voyage en Allemagne et en Hollande, puis revient en France. De l’été 1625 à l’automne 1627, Descartes est de nouveau en France. Bérulle lui fait obligation de conscience d’étudier la philosophie. Il part alors à la campagne, en Bretagne, pendant l’hiver 1627-1628. Beeckman, mais il revient probablement à Paris pendant l’hiver 1628, puis s’installe définitivement en Hollande au printemps 1629.

Sa vie est entièrement consacrée à l’étude. Amsterdam, Descartes vit au centre de la ville, dans la Kalverstraat, le quartier des bouchers, ce qui lui permet de faire de nombreuses dissections. Mais Descartes s’occupe également de mathématiques : il en réforme le système de notation, introduisant à la suite de Viète et d’Harriot, l’usage des lettres de l’alphabet latin pour désigner des grandeurs mesurables. Elles nous renseignent également sur son caractère susceptible et exigeant, méprisant l’irrésolution. 1633, Descartes quitte Deventer pour Amsterdam. En novembre 1633, Descartes apprend que Galilée a été condamné. 1620, un décret de la Congrégation des cardinaux avait autorisé de supposer le mouvement de la Terre par hypothèse.

Galilée qui lui valut cette condamnation. En 1635, Descartes est à Utrecht. De 1637 à 1641, Descartes vit principalement à Santpoort. Toulouse en 1619 à Giulio Cesare Vanini. Il rencontre Élisabeth de Bohême, fille de l’électeur Palatin détrôné en exil en Hollande, en 1643, et commence une abondante correspondance avec la jeune femme, traitant notamment d’éthique. En 1646, alors que se poursuit la querelle d’Utrecht, il se fâche avec son correspondant, Henricus Regius, qui offre une alternative matérialiste à la métaphysique et à l’épistémologie cartésienne.