Origine du nom de famille SCHOTT (Oeuvres courtes) PDF

Jacob Offenbach naît en 1819 à Cologne origine du nom de famille SCHOTT (Oeuvres courtes) PDF la province de Juliers-Clèves-Berg, qui à cette époque faisait partie de la Prusse. Sa maison natale se trouve sur le Großer Griechenmarkt, proche de la place qui porte maintenant son nom, l’Offenbachplatz.


Origine du nom de famille SCHOTT

Isaac, issu d’une famille de musiciens, abandonne son métier de relieur et gagne sa vie itinérante comme chantre dans les synagogues et violoniste dans les cafés. Lorsque Jacob a six ans son père lui apprend à jouer du violon. En l’espace de deux ans le garçon compose des chansons et des danses. Isaac est à ce moment le chantre permanent de la synagogue locale. Il peut se permettre de payer à son fils des leçons auprès du célèbre violoncelliste Bernhard Breuer. Isaac parvient à persuader le directeur du Conservatoire de Paris, Luigi Cherubini, de faire passer une audition à Jacob. L’âge et la nationalité du garçon étaient deux obstacles à l’admission.

Cherubini avait refusé plusieurs années auparavant l’admission de Franz Liszt, âgé de 12 ans, pour des motifs similaires, mais il accepte finalement d’entendre le jeune Offenbach. Isaac espère obtenir un emploi permanent à Paris. Cela ne se réalise pas, et il retourne à Cologne. Avant de partir, il trouve un certain nombre d’élèves pour Jules. Les revenus modestes de ces leçons, complétés par les honoraires gagnés par les deux frères en tant que membres des chœurs de la synagogue, leur permettent de poursuivre leurs études. Au conservatoire Jules est un étudiant assidu. Il est diplômé et devient professeur de violon et chef d’orchestre connu.

Louis Norblin et Friedrich von Flotow. En quittant le conservatoire, Offenbach se libère de l’académisme sévère du programme de Cherubini, mais, comme l’écrit son biographe James Harding,  il était libre, lui aussi, de mourir de faim . Il obtient quelques emplois temporaires dans des orchestres de théâtre avant d’occuper en 1835 un poste permanent de violoncelliste à l’Opéra-Comique. Parmi les salons qu’il fréquente il y a celui de la comtesse de Vaux. Ils tombent amoureux, mais il n’est pas encore dans une position financière assez brillante pour proposer le mariage. Pour étendre sa renommée et se faire connaître ailleurs qu’à Paris, il entreprend des tournées en France et en Allemagne.