Paléontologie : monographies. Vol. 1 PDF

La classification classique du vivant classe les êtres vivants selon une hiérarchie de groupes de plus en plus vastes. Ainsi, la taxinomie n’est pas, étymologiquement, l’étude des taxons mais bien les lois sur l’ordre, donc les règles de la classification. Cependant, le mot taxonomie est aussi et très souvent utilisé pour nommer la science de la description des taxons. Dans le sens paléontologie : monographies. Vol. 1 PDF de résultat, les deux sciences sont peu distinctes et souvent confondues, car pratiquées simultanément par les mêmes personnes.


Paléontologie : monographies…. Vol. 1 / par A. Pomel,…
Date de l’édition originale : 1893-1897

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Histoire des plantes reprend en partie des théories de l’École pythagoricienne. Mais il faudra attendre près d’un siècle pour que l’élimination des taxons polyphylétiques devienne consensuelle. Cette méthode est fondée globalement sur des relations évolutives pour laquelle le critère fondamental du choix de la classification est qu’elle doit refléter strictement la phylogénie, c’est-à-dire les degrés d’apparentement entre espèces. D’importants progrès en génomique ont été permis par l’analyse génétique automatique et le développement des outils et modèles informatiques. Ils imposent et permettent la redéfinition de certaines espèces ou groupes d’espèces et permettraient une meilleure connaissance et suivi des espèces.

Un concept important de classification, assez stable, est celui d’espèce. Dans le cas de la multiplication strictement asexuée, on parle abusivement d’espèces à la place de lignée, le groupement étant alors purement phylogénétique. Articles détaillés : Nom binominal et Rang taxonomique. Au-dessous du rang de genre, tous les noms de taxons sont appelés combinaisons. Au-dessous de l’espèce, les combinaisons sont infraspécifiques et trinominales en zoologie. L’approche phylogénétique actuelle fait appel aux données de la cladistique, mais ses exigences se résument à n’accepter que des taxons monophylétiques, c’est-à-dire correspondant à un clade donné. Cette contrainte a amené des modifications fondamentales de la classification scientifique, certaines renversant le  sens commun  modelé par l’héritage culturel.