Parachute Theatre Populaire Coreen PDF

Le film est sélectionné en compétition officielle au Festival de Cannes 1983. La musique de Sakamoto gagne le BAFTA de la meilleure musique de film. Le film raconte les relations interpersonnelles et les différences culturelles entre quatre hommes dans un camp de prisonniers japonais à Java durant la Seconde Guerre mondiale en 1942. Dans ce parachute Theatre Populaire Coreen PDF s’entassent plusieurs centaines de soldats anglais, australiens, néo-zélandais et néerlandais.


Quelle comédie nous jouent ces trois couples, de générations différentes – les décagénaires Ijeong et Ildou, les trentenaires Sayeon et Samsik, les sexagénaires Ryuklae et Cheol -, tous tombés dans le piège de cet appartement soi-disant abandonné, ourdi par un employé de banque, victime lui-même de la crise économique et incapable de rembourser ses dettes ! Ces trois couples mis à mal par le destin, pris successivement de manière dramatique et drolatique au piège d’un appartement servant de souricière, nous dévoilent les situations cocasses, parfois affreuses et amères, de ces luttes que les plus misérables sont amenés à livrer pour survivre.

Intransigeant, le capitaine Yonoi impose à tous une discipline de fer. Respectant les codes du samouraï, il méprise les prisonniers qui préfèrent la captivité au suicide à l’inverse de la culture japonaise. La tension entre les deux communautés s’accentue avec l’arrivée d’un nouveau prisonnier britannique, le major Jack Celliers. Un des axes du film est la relation ambiguë entre ces deux hommes pris au piège de la guerre, dans un lieu clos, le camp, propre à l’éclosion de tout sentiment. Comme Celliers, Yonoi est aussi tourmenté par un sentiment de culpabilité.

Il était auparavant en poste en Mandchourie et il a été incapable de se rendre à Tokyo avec ses camarades officiers, les  Jeunes Officiers du Levant , pour le coup d’état militaire du 26 février 1936. Comme le coup d’état échoue, les officiers rebelles sont exécutés. Yonoi regrette de ne pas avoir partagé ce sacrifice patriotique. Yonoi demande à Hicksley le nombre d’experts en armes parmi les prisonniers.

Ce dernier refuse de le lui fournir. Yonoi inflige aux prisonniers deux jours de jeûne. Celliers arrive à passer clandestinement des gâteaux de maïs. Mais le jour de Noël, le sergent Hara, ivre de saké et jouant le Père Noël, convoque Lawrence et Celliers pour leur annoncer leur libération car un autre prisonnier s’est dénoncé. Ce faisant il fait preuve d’humanité.