Paris – dictionnaire du nom des rues PDF

La numérotation actuelle date du décret du 4 février 1805. Sans doute s’agissait-il d’un inventaire établi par la ville sur des maisons qu’elle possédait. La numérotation en 1768 des maisons des villes abritant des troupes ne concerna pas Paris qui disposait de paris – dictionnaire du nom des rues PDF. Le 54, rue Monsieur-le-Prince où vécut Blaise Pascal.


Ce dictionnaire est le premier à recenser de façon exhaustive les 6 000 noms de voies de la capitale. Chaque entrée évoque dans un style vivant et synthétique les personnages, lieux et faits historiques dont les noms de rues gardent la mémoire. Les dénominations successives qu’a connues chaque voie sont également détaillées ainsi que leur origine, occasion d’une plongée dans l’histoire des lieux et de la ville. Une véritable somme au format pratique et au prix accessible.

L’agrandissement de la ville et l’accroissement de sa population finirent par rendre indispensable l’identification des immeubles. Jusqu’en 1789, il fit poser à ses frais des numéros sur les maisons, et ce malgré l’opposition de propriétaires souvent méfiants. Il avait pour but un recensement des citoyens soumis à l’impôt et non la commodité de l’orientation, ce qui explique sans doute son incohérence. Ce numérotage sera établi par une même suite de numéros pour la même rue, lors même qu’elle dépendrait de plusieurs arrondissements communaux, et par un seul numéro qui sera placé sur la porte principale de l’habitation. La série des numéros sera formée des nombres pairs pour le côté droit de la rue, et des nombres impairs pour le côté gauche. Dans les rues parallèles, les numéros de la série commencent à l’entrée de la rue en amont de la Seine et croissent dans le sens de son cours.

Dans les rues perpendiculaires et les rues obliques, le premier numéro de la série commence à l’entrée de la rue du côté le plus proche de la Seine. Dans les rues bordées en partie de propriétés non bâties, ou de maisons d’une grande étendue et susceptibles d’être divisées, on a réservé des numéros à raison de 1 pour chaque longueur de 15 mètres qui, en moyenne, est celle de la façade d’une maison à Paris. Cette nouvelle numérotation fut rapidement effectuée durant l’été 1805. Ses principes sont toujours valables aujourd’hui. Les rues de Tilsitt et de Presbourg, qui sont circulaires, ont leur système propre, de même que les quais.