Pathologies schizophréniques PDF

Le service du Docteur VACHERON , Secteur 13 assure les soins psychiatriques de la population du pathologies schizophréniques PDF arrondissement de Paris. Cadre Supérieur de Santé : M.


Plus de cent ans après la création du terme de schizophrénie par Eugen Bleuler, cette pathologie reste l’une des grandes énigmes de la psychiatrie. Du fait de la connaissance incomplète de l’étiologie exacte des schizophrénies et en l’absence de signes cliniques spécifiques, il est difficile de s’entendre sur une définition claire de la maladie. Cet ouvrage de référence fait la synthèse des données considérables issues de la pratique soignante et de la recherche. Tous les domaines sont successivement abordés : historique, nosographique, épidémiologique, psychométrique, clinique, étiopathogénique et thérapeutique. La schizophrénie est envisagée comme un trouble à déterminisme multifactoriel, conséquence d’une interaction complexe des facteurs neurobiologiques et environnementaux. Les connaissances actuelles sont issues de recherches dans des domaines aussi variés que les neurosciences, les sciences cognitives, mais également les sciences humaines et sociales. Les mécanismes étiopathogéniques impliqués dans les pathologies schizophréniques sont de mieux en mieux compris. Ces progrès sont largement présentés dans cet ouvrage, mais les questions en suspens restent nombreuses ; les auteurs les abordent clairement en proposant des pistes pour les futures recherches. Un chapitre traite des problèmes médico-légaux importants qui peuvent se présenter et détaille la nouvelle loi de juillet 2010. L’importance de la culture et du genre dans l’expression sémiologique fait également l’objet de chapitres spécifiques.

Le secteur 75G13 couvre la totalité du 14ème arrondissement de Paris, soit 136 000 habitants. De la prise en charge de soins aigus, grâce à l’activité de consultation sur le centre médico-psychologique, des urgences de l’hôpital Saint-Joseph, et à l’activité d’hospitalisation située à l’hôpital Sainte-Anne. De la continuité des soins et de la réhabilitation des patients par le biais de consultations, de visites à domicile, de l’hébergement thérapeutique, de soins à temps partiel et du travail avec l’entourage du patient. L’objectif est de soigner au plus près de la population desservie, tout en ayant une activité d’information et de déstigmatisation de la maladie mentale. Le centre médico-psychologique assure une permanence médicale et infirmière avec une organisation aux horaires élargis dans le but de favoriser l’accès aux soins pour tous. La rencontre avec l’équipe soignante se fait par l’intermédiaire d’un accueil infirmier. Hors urgence : vous pouvez contacter l’équipe pour prendre un rendez-vous de premier accueil infirmier.

A l’issue de cet entretien et après étude du dossier, un médecin se proposera pour assurer le suivi psychiatrique. En cas d’urgence : l’accueil et la consultation sont toujours possibles. Un médecin pourra être consulté après l’accueil infirmier, et évaluera la conduite thérapeutique à mettre en place, allant du soutien ambulatoire, de la prise quotidienne du traitement à l’hospitalisation dans le service en cas de nécessité. Parallèlement au CMP, se met en place le suivi extra-hospitalier si nécessaire : visites à domicile de soutien ou  d’évaluation après signalement, prise de traitements, soutiens, suivi social ou psychothérapique, permettent un soin proche du lieu de vie et un accompagnement modulable en fonction de chacun. L’équipe du CMP est en lien permanent avec les différents partenaires de soins : hôpitaux généraux, services sociaux, confrères généralistes, afin de proposer une réponse adaptée et individuelle pour chaque personne prise en charge. Activité destinée à l’accueil des familles de patients pris en charge sur le secteur de santé mentale du 14ème arrondissement de Paris.

Groupe animé par des médecins et infirmiers du service. Il est destiné à l’accueil et à l’information des familles de patients, autour des questions et interrogations sur les différents thèmes en relation avec les troubles schizophréniques. Les familles sont reçues soit sur inscription spontanée, soit sur orientation soit par le psychiatre traitant du patient. En pratique : Inscription auprès du secrétariat du Centre Médico-Psychologique. Fréquence : une fois par mois le mardi soir. Aux professionnels en demande d’informations ou d’orientation, par téléphone.

La consultation est non sectorisée et fait partie du Pôle Parnasse et a lieu au CH Sainte-Anne, Bâtiment Lévy Valensi, 100 rue de la Santé, 75014 Paris. Il s’agit d’une consulation conjointe psychiatrique et pédopsychiatrique. La plaquette de la consultation est téléchargeable ci-dessous. Une collaboration a été mise en place en 2002 avec le service de Neurochirurgie « Consultation douleur » du bâtiment Raymond Garcin. La psychiatrie de liaison favorise la mise en place de liens privilégiés avec les services somatiques de l’hôpital Saint-Joseph permettant une prise en charge de qualité pour les patients psychiatriques, comme une réponse à la souffrance psychique engendrée par la maladie somatique des patients hospitalisés à l’hôpital Saint-Joseph. Dans le cadre du Service d’Accueil des Urgences, l’hôpital Saint-Joseph dispose d’une équipe de psychiatrie rattachée au Secteur 13. Une équipe infirmière se relaie pour accueillir les patients présentant des difficultés psychologiques ou des troubles psychiatriques.

En cas de nécessité, un psychiatre assure les consultations en urgence dans la journée, soit à partir du centre médico-psychologique, soit à partir d’une autre structure du secteur. Le soir de 18h30 à minuit les jours ouvrables, et toute la journée les dimanches et jours fériés, un psychiatre de garde est présent. Le service du Secteur 13 bénéficie de 4 unités intra-hospitalières, dont une dédiée aux adolescents. Ces unités de 12 à 15 lits assurent des cures intensives de patients en état aigu. Cette unité de soins intra-hospitaliers à temps plein est susceptible d’accueillir toute personne, domiciliée dans le 14ème arrondissement de Paris, dont la pathologie mentale ne permet pas, transitoirement, des soins ambulatoires. Elle délivre parfois des soins à temps partiel, en hospitalisations de nuit, de jour, ou séquentielles, le plus souvent dans les suites d’une hospitalisation à temps plein. Accessoirement, elle accueille des malades mentaux originaires d’autres départements ou d’autres pays lorsque des troubles aigus les atteignent au cours d’un déplacement en région parisienne, ainsi que des patients à réinsertion difficile.

Les soins ont alors pour objet, outre l’apaisement de la souffrance, la préparation du retour à la région d’origine où les traitements se poursuivront dans de meilleures conditions. Cette unité de soins est une unité de psychiatrie générale s’orientant davantage vers les problèmes transculturels en partenariat avec le Centre Minkowska. L’Hôpital de Semaine est une structure de soins qui est ouverte du lundi matin au vendredi soir. Il prend en charge les malades présentant tous les types de pathologies psychiatriques. Pour être suivis à l’hôpital de semaine, les malades doivent avoir un environnement familial ou social qui peut les accueillir du vendredi soir au lundi matin.

L’hôpital de semaine effectue les bilans psychiques et organiques par des hospitalisations programmées, des séjours séquentiels et des traitements par ECT. Aux protocoles d’expérimentation de médicaments, soit nouveaux, dans le cadre d’études précédant leur mise sur le marché, soit déjà commercialisés, pour lesquels il est nécessaire de tester la posologie, la tolérance ou encore l’efficacité par rapport à d’autres produits de référence. A l’élaboration et la réalisation du suivi pharmacologique au long cours associant le dosage des produits administrés parallèlement au suivi clinique, à la recherche de corrélations et d’interactions médicamenteuses, mais aussi de recherche et de surveillance de taux efficaces et d’une meilleure adéquation du traitement pour chaque patient. Ces travaux sont effectués en collaboration avec le laboratoire de psychopharmacologie de l’hôpital.

Cette unité se compose de lits pour la Psychiatrie Générale et pour l’hospitalisation des adolescents à partir de 15 ans. Cette unité pour patients adultes est impliquées depuis 1993 dans le Réseau d’Accueil des Adolescents sur l’hôpital Sainte-Anne afin de répondre d’une part à l’augmentation croissante des demandes de soins pour des adolescents amenés en urgence au CPOA, d’autre part pour faire face à la carence des possibilités d’accueil des structures d’hospitalisations spécialisées préexistantes. Cette unité a été ainsi à même d’accueillir, au sein d’une unité adulte et dans le cadre de l’urgence, des adolescents du secteur du 14ème arrondissement ou d’autres secteurs psychiatriques de la région parisienne, dans des situations de crise, adressés par le CPOA, pour lesquels aucune autre alternative thérapeutique n’avait pu être mise en place, afin de proposer tant une prise en charge individuelle, au niveau de l’adolescent, qu’un travail dynamique au niveau familial. La Clinique Relais Verdier assure des soins post aigus permettant une stabilisation du patient après une hospitalisation dans une unité d’aigue et avant un retour au domicile.