Patrimoines, N° 8 : PDF

1880 et 1895 sur la côte rocheuse de Biarritz. En 1825, le cultivateur Dominique Daguerre obtient par un échange avec la commune un champ curieusement implanté sur les rochers. Son fils Étienne vend ce patrimoines, N° 8 : PDF appelé champ du rossignol ou cassaou de Trespots au notaire Alexandre Dihinx. Après sa mort, deux autres propriétaires se succèdent.


Un sentier permet de faire le tour du terrain. C’est un lieu de promenade pour les Biarrots. En 1908, le cinéma met à profit ce site exceptionnel pour servir de décor à diverses scènes de films. En 1923, la propriétaire Mme Dufresnay loue la maison à Grégoire Beliankine, beau-frère d’Igor Stravinsky. Il reconvertit la villa en restaurant russe, mais ne pouvant utiliser le nom de Beltza, il l’appelle le Château basque. Des dîners de gala somptueux s’y déroulent .

Le krach boursier de 1929 marque le début du déclin. Après la guerre, Madame Pouyet, née Lacrouts, de retour d’Amérique, achète la villa. Elle la fait restaurer et la divise en sept appartements. Des discordes éclatent entre les différents occupants et la villa subit un premier incendie.

Elle est rachetée et restaurée, mais le 8 juin 1974, un second incendie ravage la maison détruisant les deuxième et troisième étages. Jean-Marc Galabert, réussit à acheter tous les lots et se lance dans un projet de réhabilitation. Il garde les murs et aménage dix somptueux appartements en copropriété. Ces derniers battent en 1993 le record du prix de vente, avec une valeur avoisinant 8 000 euros au mètre carré.

Dans le cadre de la Z. 1997 de protéger 837 batiments de la ville, parmi lesquels se trouve la villa Beltza. La villa a fait l’objet d’une grande phase de rénovation de ses extérieurs de 2015 à 2018. Monuments et villas à travers 9 balades dans la ville.