Patriotes en scène : Théâtre de la République (1790-1799) PDF

L’historiographie haïtienne ou encore patriotes en scène : Théâtre de la République (1790-1799) PDF’œuvre de l’abolitionniste Victor Schœlcher ont érigé Toussaint Louverture en modèle de libérateur de l’oppression. Le projet : une restauration de l’ordre ancien au profit des Noirs créoles ? La première partie de l’existence de Toussaint appartient en grande partie à la mythologie.


Tout le monde connaît la salle Richelieu, qui abrite au centre de Paris la troupe de la Comédie-Française. Mais beaucoup ignorent comment et pourquoi il en est ainsi. C’est cette aventure, pleine des passions de l’Histoire et du théâtre, que dévoile cet ouvrage, qui accompagne l’exposition organisée au Musée de la Révolution avec la collaboration de la Comédie-Française. Des acteurs prodigieux (Talma, Monvel, Dugazon, Mlle Candeille), des auteurs engagés (Marie-Joseph Chénier, Jean-François Ducis, Gabriel Legouvé, Picard et Duval), une conception renouvelée de la mise en scène : en quelques années tumultueuses, le Théâtre de la République, profondément ancré dans les événements dramatiques de son époque, a donné l’exemple de l’importance du théâtre dans une société en mouvement. La somme des recherches entreprises par les auteurs constitue un matériel exceptionnellement complet sur un épisode de l’histoire de la Comédie-Française qui n’avait jamais été étudié avec autant de précision.

Cette rumeur circulait de son vivant. Bernard Gainot, dans son cours magistral enseigné à La Sorbonne, ce mythe d’une ascendance royale trouve peut-être son origine dans le fait que Toussaint Louverture savait lire et écrire, que cela impressionnait énormément les autres esclaves. Son éducation lettrée a donc été indépendante de ses origines familiales. Toussaint sert d’abord comme esclave sur l’habitation Bréda, située sur le Haut du Cap au nord de l’île. Mais cette date est ambiguë car basée sur un acte où il est question d’un autre affranchi : on ne sait donc pas si la date indiquée le concerne vraiment.

De ce fait, s’il est certain qu’en 1776 Toussaint est totalement libre, il est probable que son affranchissement remonte à la fin des années 1760 ou au début des années 1770. Toussaint Bréda fait ainsi partie des esclaves noirs qui bénéficient, sous l’Ancien Régime d’une ascension sociale. Sa situation, à l’aube de la Révolution française, est donc plutôt confortable pour un noir des colonies. Or la Révolution française menace l’ordre socio-économique dont il est, relativement, l’un des bénéficiaires.