Pendant la révolution industrielle PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? L’industrialisation est un processus qui renverse les techniques de production : le système artisanal, manuel, de production, dans des lieux dispersés, est remplacé par une production recourant de plus en plus à une énergie provenant de machines, production en grandes séries, centralisée, utilisant des normes ou standards afin d’obtenir des produits d’une qualité pendant la révolution industrielle PDF. Le terme  révolution  est attribué aux Français en référence à la révolution de 1789 où les changements ont été d’une ampleur totale.


Faire connaître aux enfants d’aujourd’hui la vie quotidienne des enfants d’hier, telle est l’ambition de la collection  » La vie des enfants « . Comment vivaient-ils ? Allaient-ils à l’école ? Que mangeaient-ils ? Quels étaient leurs jeux ? Leurs parents étaient-ils sévères ? Autant de questions, autant de réponses apportées par des historiens, spécialistes en leur domaine, qui s’appuient sur des documents visuels d’époque. La révolution industrielle a transformé le paysage urbain et rural, et a bouleversé la vie des paysans, des artisans, et de leurs enfants. À partir de 1880, on construit des usines, on invente de nouvelles technologies… Les paysans, remplacés par les machines, sont alors chassés de leurs terres. Ce contexte difficile ne fit pas le bonheur des enfants. Philippe Godard décrit leur travail, dès l’âge de six ans, à la fabrique, dans les mines ou les forges… Travaillant plus de douze heures par jour pour un salaire misérable, ils vivent dans des conditions déplorables. Un témoignage fort et touchant qui dévoile le quotidien de ces enfants d’un autre temps.

Machine à vapeur destinée par exemple à motoriser des batteurs lors des moissons. France, avec toutes les caractéristiques du capitalisme français. Puis vers 1870, arrivent l’Allemagne, le Canada, les États-Unis qui concurrencent la France et le Royaume-Uni. Devant cette lente diffusion et également sa pérennité, des historiens préfèrent aujourd’hui le terme d’âge industriel à celui de révolution. Hall d’exposition de l’exposition universelle de Paris en 1900. Les entreprises cherchent des investisseurs, les sociétés par actions se développent progressivement à partir des années 1860 et sont vendues en bourse : c’est l’expansion du capitalisme. Après l’occupation du Japon par les Américains en 1945, et leur interdiction à la suite de l’application des lois anti-trusts américaines, ils ont été remplacés par les keiretsus.

Tout d’abord le taylorisme : il vise à améliorer la productivité de la main-d’œuvre avec des méthodes de travail, en séparant les tâches de conception et de fabrication. Le taylorisme est amélioré notamment par le fordisme : l’ouvrier ne se déplace plus jusqu’à la pièce, c’est la pièce qui se déplace jusqu’à l’ouvrier, c’est l’essor de la mécanisation, de la standardisation et de la parcellisation du travail : économies d’échelle. Cela permet un emploi massif d’ouvriers. C’est le début de la publicité au cinéma, cela nécessite plus de trésorerie, plus de finances, il y a un développement des banques. Des crises et des dépressions jalonnent l’industrialisation du monde. La crise est une rupture forte de la conjoncture économique, qui marque la fin d’une période d’expansion. La dépression est une baisse générale des prix et de la production.

La crise la plus relatée de la révolution industrielle est sans doute celle qui s’est étendue de 1873 à 1896 : on l’appelle la Longue Dépression. Nikolaï Kondratiev met en évidence l’existence de cycles économiques auxquels son nom demeure attaché : les cycles Kondratiev. Contrairement aux crises antérieures, considérées comme des  crises de croissance  alternant avec des phases de prospérité réelle, elle s’est greffée sur une stagnation qui durait depuis 1921. Elle a placé le régime capitaliste devant des difficultés telles qu’il n’a pu survivre qu’en se réformant profondément. La foule devant le New York Stock Exchange après le krach. Ce rapatriement provoque une crise bancaire en Europe. Celle-ci va provoquer une crise économique et sociale.

La portée de cette restriction est capitale pour l’économie réelle qui était soutenue par le crédit, et ce d’autant plus que les entreprises avaient engagé leur trésorerie dans la spéculation. URSS qui vit en vase clos et ne perçoit qu’un faible écho de la crise mondiale. Le système capitaliste est ébranlé par la crise, notamment par le biais des phénomènes financiers, quand les États-Unis rapatrient leurs avoirs à l’étranger. Les pays les plus touchés sont ceux d’Europe centrale et orientale, l’Autriche étant touchée la première, la panique se développant en Allemagne avant de se propager en Roumanie et en Hongrie. 1929, les mesures prises par le président américain Roosevelt dans le cadre du New Deal font écho aux théories de John Maynard Keynes. Rechercher les pages comportant ce texte.