Plan de Mulhouse et de son agglomération PDF

Europe occidentale située dans le Sud de l’Alsace et constituée autour de la plan de Mulhouse et de son agglomération PDF de Mulhouse. Ce bourgmestre serait à la tête de la cité et ne pourrait être révoqué par l’empereur.


Le plan-guide indispensable pour découvrir Mulhouse ou vous y déplacer au quotidien.

Plan-guide de Mulhouse et de son centre-ville (échelle : 1/7 100e) avec index des rues et des édifices publics. Plan et index des rues de 21 communes de son agglomération. Sens uniques, parkings, voies piétonnes, tramways. Quelques mots d’introduction sur la ville et son histoire. Informations sur les transports en commun, les équipements touristiques, les sites et monuments à visiter. Renseignements pratiques. Localisation des stations Vélocité, système de location de vélo en libre-service.

Villes cartographiées : Baldersheim, Battenheim, Brunstatt, Didenheim, Flaxlanden, Habsheim, Hochstatt, Illzach, Kingersheim, Lutterbach, Morschwiller-le-Bas, Mulhouse, Pfastatt, Richwiller, Riedisheim, Rixheim, Ruelisheim, Sausheim, Staffelfelden, Wittelsheim, Wittenheim, Zillisheim.

Le premier bourgmestre élu est Jean de Dornach. Le régime politique de Mulhouse, comme celui des autres villes d’Empire et villes libres, peut alors être assimilé à une république urbaine. En 1354, la Décapole est créée par Charles IV, Mulhouse en devint membre dès sa création. Dans toute l’Europe rhénane les cités gagnèrent en puissance, s’enrichirent et prospérèrent, Mulhouse suivit la même évolution.

Tous les pouvoirs d’administration de la cité reviennent alors au conseil et au bourgmestre, élus par les Mulhousiens. S’ensuit une période de prospérité, en 1437, les Mulhousiens rachètent les territoires d’Illzach et de Modenheim ainsi que des territoires attenants, les faubourgs s’accroissent. En 1444, l’empereur Frédéric III appelle le dauphin Louis, futur Louis XI, et ses Armagnacs pour mater les cités suisses dont il avait perdu le contrôle. Appelés aussi les Écorcheurs, les Armagnacs dont on parle ici sont des bandes armées formées d’anciens mercenaires sans emploi qui vivent de pillage. Les Mulhousiens se préparent alors au siège, ils accueillirent et armèrent tous les habitants des alentours qui désiraient résister. Ils embauchèrent également des artificiers et tout ce qu’ils trouvèrent comme mercenaires. Ils prirent également possession du château d’Illzach, y délogèrent les alliés des Armagnacs qui en étaient maîtres et y installèrent une garnison.

Les Armagnacs entamèrent le siège et lancèrent le premier assaut le 18 septembre 1444. Ils furent repoussés par les Mulhousiens. Ils tentèrent de faire céder les Mulhousiens à l’usure et lancèrent par la suite trois autres attaques. Toute la région fut ruinée et les nobles, tenus pour responsables de l’invasion, en sortirent affaiblis. Les Mulhousiens voulurent en finir définitivement avec le danger que représentait la noblesse.

Ils décidèrent de dissoudre la corporation des nobles et leur demandèrent de se fondre dans les autres corporations. Tous ceux qui ne s’y conformèrent pas furent expulsés. Hermann Klee, qui s’adressera à Pierre de Réguisheim, châtelain du Haut-Hattstatt, du Wahlenbourg et du Haut-Eguisheim. Le noble chevalier, en conflit avec la ville, pense tenir là un prétexte pour mettre la cité libre au pas.