Plus belles histoires de Pilote (Les) – tome 3 – Les plus belles histoires de Pilote de 1975 à 1979 PDF

Ses habitants sont appelés les Venerquois, Venerquoises. Des distinctions plus belles histoires de Pilote (Les) – tome 3 – Les plus belles histoires de Pilote de 1975 à 1979 PDF de tout premier ordre ?


Un nouveau volume qui rend hommage à tout un patrimoine de la bande dessinée moderne, à travers une génération d’auteurs exceptionnels. Durant la deuxième partie des seventies, le célèbre magazine Pilote continue sa mue sous l’impulsion d’une génération d’auteurs hors norme. Aux côtés de Mézières, de Giraud, de Gotlib, de Fred, de Pétillon, de Druillet, de Bretécher, de Goscinny, de Morris, de Bilal, de Tardi, de Christin, de F’murrr, de Mandryka, de Solé, d’Alexis, de Greg… de nouveaux auteurs font leurs premiers pas : Lauzier, Blanc-Dumont, Boucq, Goossens, Gibrat, Coutelis, Floc’h, Baudouin, J.-C. Denis, Got, Cava, Régis Franc et bien d’autres ! Découvrez l’avènement de la bande dessinée moderne dans ce troisième volume des Histoires de Pilote.

Commune située à 20 km au sud de Toulouse et à 15 km au sud-est de Muret au confluent de l’Ariège et de la Hyse. C’est la dernière commune du Lauragais avant la plaine de l’Ariège. Venerque est limitrophe de cinq autres communes. Carte de la commune de Venerque et de ses proches communes. La rivière principale qui arrose Venerque est l’Ariège. C’est aussi dans le village à côté de la plaine sportive que l’autre rivière phare de la commune, l’Aïse ou Hyse, se jette dans l’Ariège.

Le Pech-David est le seul relief de la commune. Venerque connaît un climat tempéré océanique, à influences méditerranéenne et continentale, caractérisé par un été sec et chaud, un hiver doux et un printemps marqué par de fortes pluies et des orages parfois violents. Le vent dominant y est le vent d’Ouest qui souffle en moyenne 86 jours par an. C’est lui qui amène généralement l’humidité de l’océan Atlantique. C’est en janvier qu’il gèle le plus et qu’il neige le plus souvent. Des mesures effectuées à Venerque même indiquent qu’il neige huit jours par an en moyenne.

Le mois le plus pluvieux est le mois de mai. Ce qui est confirmé par les mesures effectuées à Venerque même entre juillet 1973 et août 1986. La commune est desservie par la ligne 18 du Réseau Arc-en-Ciel. Orzvals par le comte de Toulouse au monastère local. C’est pourtant cette dernière dénomination que l’on trouve dans la mention la plus ancienne qui date de 817 à l’occasion du dénombrement des abbayes du royaume fait lors du concile d’Aix-la-Chapelle. Les historiens locaux ont proposé diverses étymologies reprises par des publications non spécialisées en onomastique ou des sites internet. La position géographique du village justifierait seule de cette origine.

Cette hypothèse s’appuie sur la présence de nombreux points d’eau dans le village qui sont très anciennement connus. Remarquons qu’aucune trace de monument dédié à Vénus n’a été retrouvé pour appuyer cette proposition. Une autre hypothèse formulée par Michel Roblin rapproche le nom de Venerque de Vénasque, un toponyme que l’on retrouve tant dans les Pyrénées que dans le Vaucluse, dont la forme latine est Vindausca. Or, certaines de ces explications ne se basent pas sur la réalité et l’étude phonétique des formes anciennes, et les autres sont incomplètes. Vermercensis ou à Venercha, formes réellement mentionnées. De plus, le latin classique arx n’a eu aucun emploi dans la toponymie de la Gaule, qui ne connaît que le latin arcus qui a donné le français et l’occitan arc.

En outre, il manque l’explication de la terminaison -que dans ce cas. Venerica ayant le sens global de  lieu dédié à Venus . On retrouve Venus au génitif dans le français vendredi, issu de Veneris diem proprement  jour de Vénus  et dans l’occitan Divendres de diem Veneris, même sens. Venercensis, le n’ayant pas pu muter en par la suite. Il y a une présence attestée d’habitat dès le Paléolithique inférieur. On en doit la preuve au professeur Jean-Baptiste Noulet qui découvre du mobilier préhistorique, en particulier dans le ravin de l’Houmenet. Ces fouilles lui permettront d’alimenter ses recherches sur l’homme préhistorique.

Ce qui sont aujourd’hui la rue Guillaume de Falgar, les ravins du Pujal et du Pas-Cahus sont des sites où il fera d’autres découvertes notamment une molaire de mammouth. Hache – Paléolithique inférieur trouvée à Venerque par Jean-Baptiste Noulet avec billet autographe – Muséum de Toulouse. Ce qui est aujourd’hui le quartier Rive d’eau serait l’habitat le plus ancien. Cette ancienne piste préhistorique se situait vraisemblablement où se trouve aujourd’hui le sentier de l’Europe. En effet une datation plus ancienne est à exclure car dans ces temps reculés, le feu était une denrée très précieuse et sa vision aurait tôt fait de rameuter les tribus rivales des alentours. Ce n’est pas un hasard si la société Orange a récemment cherché à implanter sur ce site une antenne-relais de téléphonie mobile pour son réseau hertzien.