Poésies PDF

Tirez tirez et tape tape tape. Il est bien rond comme un ballon. Ballet de Sorcières a sorti un 2ème CD en poésies PDF Danser pas bête .


Les dieux ont un jour quitté les assemblées des mortels et ne leur ont plus permis de les rejoindre dans la lumineuse clarté du jour. La poésie, par l’harmonie musicale de ses accords et de ses images, a pour mission de chanter la nostalgie de ces temps bénis.

Catulle est le grand-prêtre de cette anamnèse exaltante et mélancolique. En même temps qu’il reconstruit ce monde onirique des bénédictions enfuies, il est contraint de le déconstruire par les réalités individuelles et collectives. De là, cette égale intensité dans l’enthousiasme des chants d’amour et dans la virulence des attaques satiriques. L’unité de l’œuvre de Catulle, d’apparence si composite, réside dans cet engagement lyrique de l’individu qui oppose aux laideurs du réel les souvenirs lumineux de l’idéal. L’alliance de la grâce et de la trivialité donne à cette poésie une saveur unique dans la littérature antique.

N’écoutez pas les arbres qui gardent les chemins ! Ne dites votre nom à la terre endormie qu’après minuit sonné ! A la neige, à la pluie ne tendez pas la main ! N’ouvrez votre fenêtre qu’aux petites planètes que vous connaissez bien ! Méfiance, méfiance, on ne sait pas ce qui peut arriver.

Un petit lac donne des rendez-vous. Le cèpe y naît, l’écureuil y surgit. Le hérisson y roule son défi. N’est-ce pas vous, mes moqueuses, les fées ?

Entre mule et cheval de frise. Le soir, entre chêne et girafe. Sorcière, sorcière, c’est bien fait pour toi! C’est la ronde de la nuit. Abracadabra, je te change en chat ! Oubroucoudoubrou, je te change en loup !

Ibriquidibri, j’ te change en souris ! 1er prix de la poésie libérée. Haute Académie Littéraire et Artistique de France. Renaissance Internationale des Arts et des Lettres. Je réside à La Neuville, un village près de Seclin. 8 et 9 qu’il est beau mon oeuf !

Au pas, au pas, au pas. Sur deux pieds, sur deux pieds. Moi je danse la polka ! De rester comme on est ! De rester comme ils sont ! Par les mains de ma mère. Tut, tut, tut, tut, tut, tut, tut, tut.

3, 2, 1, petit bouc est plus malin ! Et de pommes cuites au four. Même quand on les mange en cachette ! Même les plus durs des durs à cuire !

Et tout le monde se met à chanter ! Les bonbons, c’est bon, c’est bon ! Vive la barbe à papa ! C’est du délire, du délice ! Au milieu d’une pochette surprise ! Je suis une tomate, mate, mate.

Savez vous planter les choux ? Les fraises avec de la crème. Sont venus chez moi pour me serrer la pince. Puisque c’est ainsi nous reviendrons mardi ! Puisque c’est ainsi nous reviendrons mercredi !