Point Passion : Broderie au point de croix pour la maison PDF

Lesser CoA of the daughters of the emperor of Russia. Peterhof et décédée le 17 juillet 1918 à Point Passion : Broderie au point de croix pour la maison PDF, est un membre de la famille impériale de Russie. Saint-Pétersbourg, les enfants du couple impérial grandissent dans une relative solitude que ne feront que renforcer les troubles politiques qui embrasent le pays. Plus connue que ses trois soeurs de son vivant ,elle dirigeait des comités de bienfaisance et d’oeuvres de charité.


Proche de sa mère, l’impératrice Alexandra Fedorovna, Tatiana est surnommée  la Gouvernante  du fait de son caractère déterminé et quelque peu autoritaire. La grande-duchesse Tatiana est née le 10 juin 1897 au palais Peterhof. C’est la seconde fille du tsar Nicolas II et de l’impératrice Alexandra Feodorovna. Tatiana était grande et mince, le teint foncé, des cheveux auburn et les yeux bleu-gris. Plusieurs de ses contemporains voyaient une ressemblance entre Tatiana et sa mère au même âge. Tatiana était profondément religieuse et possédait une connexion spirituelle avec sa mère.

Elle était également sa fille préférée. Tout comme ses frère et sœurs, Tatiana a été élevée avec un certain sens de l’austérité. Elle lui aurait donné un coup de pied par dessous la table et lui aurait dit :  Êtes-vous folle de m’appeler ainsi ? Au cours du printemps de l’année 1901, Olga attrapa la fièvre typhoïde et fut mise en quarantaine à la nursery pendant plusieurs jours, loin des autres occupants. Lorsqu’elle commença à se rétablir, Tatiana reçut la permission de rendre visite à sa sœur pendant cinq minutes, mais ne fut pas capable de la reconnaître. Pierre Gilliard a aussi écrit que Tatiana était une jeune fille  équilibrée , mais moins ouverte et spontanée qu’Olga.

D’autres estimèrent que Tatiana avait plus de talent pour s’habiller et pour se coiffer. Les grandes-duchesses Maria, Olga, Tatiana et Anastasia en 1904. Tatiana, comme tous les membres de la famille impériale, a souffert de voir le jeune héritier Alexis sujet à de violentes crises d’hémophilie qui ont failli lui faire perdre la vie à de nombreuses reprises. La tsarine, désespérée par la maladie de son fils, demanda conseil à Grigori Raspoutine, un paysan russe et starets ou  saint homme , qui a d’ailleurs réussi à sauver la vie du tsarévitch plusieurs fois. Tatiana et ses frère et sœurs sont alors devenus proches du starets, qu’ils surnommaient  notre ami  et se confiaient parfois à lui. Tatiana a écrit une lettre demandant à Raspoutine de lui rendre visite en lui disant comme il était difficile de voir sa mère malade. Toutefois, l’une des filles d’une gouvernante, Sophie Ivanovna Tioutcheva, a été horrifiée que Raspoutine ait été autorisé à accéder à la chambre des jeunes filles pendant qu’elles y dormaient.

Les relations entre les grandes-duchesses et Raspoutine étaient innocentes à tout point de vue et l’empereur permit à Raspoutine de recommencer. La sœur de Nicolas, la grande-duchesse Xénia, fut horrifiée par cette histoire. Maria Ivanovna Vichniakova, une autre gouvernante des enfants impériaux, fut au début dévouée envers Raspoutine, mais plus tard elle fut déçue par lui. Elle a même affirmé avoir été violée par lui en 1910. La grande-duchesse Olga Alexandrovna a dit que Maria Vichniakova a immédiatement demandé une enquête, mais  ils ont surpris la jeune femme au lit avec un cosaque de la Garde impériale . Les grandes-duchesses Olga et Tatiana en 1913. Au grand dam d’Alexandra, Nicolas ordonna à Raspoutine de quitter Saint-Pétersbourg pendant un certain temps.

L’amitié de la famille impériale envers Raspoutine dura jusqu’à l’assassinat de celui-ci en 1916. Des rumeurs infondées ont circulé sur le fait que Tatiana aurait été présente lors du meurtre de Raspoutine le 17 décembre 1916,  déguisée en lieutenant, afin de se venger de Raspoutine qui avait tenté de la violer . Mordvinov a indiqué que les quatre grandes-duchesses semblaient  terriblement abattues et visiblement bouleversées  par le décès de Raspoutine. Tatiana assista aux funérailles de Raspoutine, le 21 décembre 1916.

Tatiana a écrit dans un carnet les paroles de Raspoutine, inspirées de la célèbre Épître de saint Paul :  La charité est lumière et n’a pas de fin. La charité est une grande souffrance. Elle ne mange pas, elle de dort pas. Elle est mélangée à parts égales avec le péché. Et pourtant il est mieux d’aimer. En amour on peut se tromper. Si l’amour est fort, les amants sont heureux.