Pratiques d’évaluations innovantes: De la conception de technologies numériques aux usages PDF

Au bout de 30 minutes de réunion, vous vous surprenez à bailler, pratiques d’évaluations innovantes: De la conception de technologies numériques aux usages PDF avoir la bave au coin de la bouche ? Pire, plus vous assisterez à des réunions de longue durée, plus cela nuirait à votre santé.


Cet ouvrage porte sur l’instrumentation des processus d’évaluations pédagogiques avec des technologies. L’étude est conduite par une recherche-action permise dans le cadre d’un contrat de Convention Industrielle de Formation par la Recherche (CIFRE) dans l’entreprise de conception des technologies, NEOPTEC. Elle propose une analyse des pratiques langagières permettant le développement des technologies et celles permettant leur ancrage dans les pratiques d’évaluation. Le corpus a été constitué auprès des concepteurs et usagers des technologies. Il s’appuie sur la prise de notes en situations d’activités professionnelles, sur des enregistrements sonores et audiovisuels explorés à l’aide de l’Analyse de Conversation et de l’ethnométhodologie, ainsi que sur une collecte des documents et traces numériques réalisés dans le cadre des activités évaluatives. Cette recherche offre une réflexion sur la manière d’instrumenter un processus d’évaluation par l’intégration de la technologie et met en évidence les apports de celle-ci pour l’Éducation.

Selon le baromère annuel Wisembly, spécialiste du travail collaboratif, réalisé en partenariat avec l’Ifop, une réunion de travail dure en moyenne entre 54 minutes et 1h26, selon la taille de l’entreprise. Sébastien Hof psychologue du travail a démontré que « notre capacité à être concentré sur une tâche ne dépasse pas 45 à 50 minutes maximum, au-delà certains. Pourtant il arrive que certaines réunions durent une heure ou plus. Dans un dossier de septembre 2017 consacré aux différents risques présentés par le travail de bureau, l’INRS met en lumière les démarches à mettre en œuvre pour l’entreprise en cas de soupçon d’une mauvaise qualité de l’air intérieur et s’intéresse aux enjeux de l’acoustique des espaces de bureau ouverts et de l’éclairage du lieu de travail. Depuis 8 ans, Malakoff Médéric interroge 3 500 salariés représentatifs du secteur privé français pour éclairer et comprendre  les liens entre santé des salariés et performance des entreprises. 70 questions sont posées pour connaitre la perception des salariés sur leur santé à travers 6 déterminants :  conditions de travail, organisation, management, vie quotidienne, état de santé et hygiène de vie.

Le stress au travail peut mettre en péril la santé physique et mentale des individus. Il a aussi un coût économique gigantesque pour les entreprises et les économies nationales. Comment en sommes-nous arrivés là ? Comment cette formidable mécanique qui devrait être un moteur d’action est-elle devenue un vrai risque pour la santé ? Comment la société, les entreprises, les salariés ont-ils évolué sur cet épineux sujet ? Les salariés travaillant en open space seraient moins efficaces, moins heureux et plus stressés.

Mais pour aller encore plus loin, l’étude affirme qu’ils seraient exposés à plus de germes donc plus susceptibles de tomber malades. Les arrêts maladie représentent en moyenne 40 emplois à temps plein dans une entreprise de 1 000 salariés. 3,7 millions de salariés – publie les résultats de son 5e baromètre santé et bien-être au travail et, pour la première fois, les données sur les arrêts maladie, issues de 16 500 entreprises. De manière stable sur les trois dernières années, les arrêts maladie représentent en moyenne, dans une entreprise de 1 000 salariés, l’équivalent de 40 emplois à temps plein.

Si les arrêts maladie sont un indicateur de l’état de santé des salariés, ils trouvent leurs origines dans de nombreux facteurs. Ainsi, d’après le baromètre Malakoff Médéric sur la santé et le bien-être au travail, un salarié sur cinq souffre d’une maladie chronique. La santé des salariés français est un bien précieux, à titre individuel bien sûr, mais aussi pour notre économie et notre société. La souffrance psychique en lien avec le travail prend de plus en plus d’importance dans les pathologies d’origine professionnelle.