Psychopathologie générale des âges de la vie PDF

Cet article est psychopathologie générale des âges de la vie PDF ébauche concernant la psychologie et la psychiatrie. La psychopathologie pose le problème de la définition et description des troubles, et de la différence entre le normal et le pathologique. Elle porte sur les critères diagnostiques des troubles et sur leur classification.


Chaque âge de la vie présente ses spécificités : le fonctionnement psychique n’y échappe pas. Du nourrisson au sujet âgé, la psychopathologie ne peut se comprendre en fonction d’un même paramètre. L’interaction et l’intrication des modèles de compréhension, qu’ils soient physiologiques, sociologiques,psychanalytiques, cognitifs et éducatifs sont la règle en pratique clinique.
La collection Les âges de la vie dirigée par Daniel Marcelli propose une approche complète, nosologique, clinique, thérapeutique et socio-économique des problèmes psychopathologiques propres aux différents âges de la vie.

L’ouvrage
Quel est l’avenir de la psychopathologie ? Et d’abord, qu’est-ce que la psychopathologie ? Classiquement définie comme l’étude des états pathologiques du fonctionnement psychique, elle comprend également l’étude des aménagements psychiques consécutifs aux diverses étapes de la vie, mais aussi aux multiples conditions externes telles que les maladies graves ou chroniques, les événements négatifs affectant ce psychisme ou toute contrainte extérieure poussant le fonctionnement psychique dans ses retranchements.
Cet ouvrage collectif offre les bases indispensables à la compréhension du normal et du pathologique en abordant les grandes entités psychopathologiques que sont la clinique de l’enfant, de l’adolescent et de l’adulte corrélées aux principales méthodes de soin. Il s’appuie sur les données scientifiques récentes ainsi que sur les progrès réalisés par les neurosciences. Ce livre expose ainsi la diversité des approches et des théories qui tentent de rendre compte du fonctionnement du psychisme humain, qu’il soit normal ou pathologique.

Elle tente d’en comprendre les facteurs influençant ou causant les troubles, les mécanismes de mise en place et de développement des troubles, ce qui permet de proposer des traitements et d’évaluer des pronostiques. Articles détaillés : Histoire des troubles mentaux et Histoire des conceptions de la folie. Ces critères, considérés de manière isolée, ne sont pas suffisant pour parler de psychopathologie. Par ailleurs, on peut aussi étudier la psychopathologie des animaux qui se présente sous diverses formes. Georges Canguilhem propose de substituer la notion de normativité à celle de norme et la notion d’ordre à celle de valeur. Cet auteur  biologise  la notion de norme et considère que ce n’est pas à la science de juger du normal car c’est avant tout la vie qui en fait un concept de valeur. On ne peut pas non plus poser le problème de la normalité ou de l’anormalité sans tenir compte des normes sociales ou individuelles.

La psychopathologie s’intéresserait alors plus à l’anomalie qu’à l’anormalité. Dorey :  Le recueil et l’assemblage de symptômes comme constituant une sémiologie « en-soi » est une pure abstraction. Il n’y a pas de sémiologie innocente, pas plus qu’il n’existe d’observation neutre ou objective. Daniel Widlöcher déclare que juger d’une conduite en termes de normalité ou d’anormalité renvoie obligatoirement à un jugement normatif. Cependant, la notion de norme se réfère à celle de moyenne.

Or, cette dernière est sujette à caution. Jean Bergeret a influencé et influence encore les enseignements, notamment dans les facultés de psychologie. Pour René Roussillon, le symptôme est l’un des aspects du trouble psychique déterminé par des types d’angoisses, des défenses et de relations d’objet. La définition suivante permet de penser la relativité des normes :  La psychopathologie peut être définie comme une approche visant une compréhension raisonnée de la souffrance psychique.