Puisqu’il faut bien mourir PDF

Charles de Valois, frère du roi. Puisqu’il faut bien mourir PDF, BnF, département des manuscrits, ms.


La contrepartie des progrès de la médecine est que souvent la mort ne vient plus toute seule. Dans bien des cas, il faut désormais décider qu’elle survienne et faire quelque chose si l’on veut qu’effectivement elle arrive. Si la médecine a changé nos vies, elle a donc également transformé nos morts. Tout comme elle participe à brouiller chaque jour un peu plus les frontières entre ce qui est encore une vie et ce qui peut-être n’en est plus tout à fait une. Si bien que, parfois, les patients – ou leurs familles pour eux – en viennent à réclamer la mort, lorsque celle-ci se fait vraiment trop attendre. C’est alors que des conflits peuvent naître entre ceux qui supplient pour que l’on aide à ce que cette fin puisse enfin advenir, et ceux qui à l’inverse ne veulent surtout pas aller dans cette voie.
C’est dans cet espace que s’inscrit le travail du Centre d’éthique clinique de l’hôpital Cochin, que dirige Véronique Fournier. Dans ce livre, elle raconte quelques-unes des histoires qu’elle a accompagnées depuis dix ans : comment s’expriment ces demandes, qui les porte, comment y réagissent les équipes soignantes, et quels débats elles suscitent au sein du groupe citoyen d’éthique clinique qui travaille à ses côtés.
Peu à peu, ces histoires ont fait évoluer sa position sur cette difficile question : faut-il et jusqu’où peut-on aider à mourir ? C’est cette évolution qu’elle relate ici, de ses réticences premières à sa conviction de plus en plus nette que les médecins ne peuvent pas refuser d’aider à mourir ceux qui sont à l’extrémité des possibilités de la médecine et qui n’en peuvent plus. En espérant qu’expliquer pas à pas le chemin parcouru pourra, peut-être, aider d’autres à s’y risquer à leur tour.

L’intrigue se développe dans un contexte de rivalité pour la succession au trône de France de 1314 à 1356 sous les règnes de Philippe le Bel à Jean le Bon : cette rivalité débouche par les liens dynastiques sur une longue guerre entre la France et l’Angleterre. L’œuvre littéraire comprend au total 7 volumes, six publiés de 1955 à 1960 et le dernier en 1977. Elle a donné lieu à deux adaptations télévisées en 1972 et en 2005. Les évènements relatés interviennent à un moment où la royauté s’efforce de construire un État qui émerge et s’affirme au détriment de l’ordre féodal, les grands seigneurs gardant bien souvent pour objectif de consolider et accroître leur situation personnelle. Les Rois maudits est également l’occasion de montrer l’articulation entre les différentes branches de la maison prolifique issue de Hugues Capet. Philippe le Bel, réputé glacial et majestueux, règne d’une main de fer sur la France.

Sous son règne,  la France est grande et les Français malheureux . Isabelle de France, mariée à Édouard II, roi d’Angleterre. Ainsi tout semble aller pour le mieux, puisque la descendance est apparemment largement assurée, et que de plus un rapprochement entre la France et l’Angleterre est assuré grâce au mariage d’Isabelle. Cependant, de la découverte de l’adultère des belles-filles du roi jusqu’à la revendication du trône de France par Edouard III d’Angleterre, en passant par les intrigues des membres de la famille royale, bien des péripéties vont finir par aboutir à déclencher la guerre de Cent Ans. Parallèlement à cela, un conflit agite l’Artois. En effet, un fait inhabituel est survenu dans la famille du comte : Philippe d’Artois est mort du vivant de son père, le comte Robert II. Druon bâtit sa trame sur l’histoire réelle, sur les légendes promues réalités historiques et sur les personnalités de l’époque, de 1314 jusqu’aux débuts de la guerre de Cent Ans.

Maurice Druon n’a jamais caché que sa série  Les Rois maudits  avait été le résultat d’un travail d’atelier. Les six premiers volumes sont publiés entre 1955 et 1960 par Del Duca. Ils font l’objet d’une nouvelle édition, corrigée sur la forme, en 1965 et 1966. C’est avec le tome 6 que s’arrête l’histoire proprement dite des Rois maudits. Une nouvelle adaptation, réalisée par Josée Dayan et scénarisée par Anne-Marie Catois, est diffusée en France sur France 2 en 2005 et au Canada sur Radio-Canada en 2006.