Rescapé PDF

Rescapé PDF un don à l’odyssée ! Restez en contact avec l’Odyssée !


Sam Pivnik est l’un des tout derniers survivants de la Shoah. Un miraculé.

Il a à peine 13 ans lorsque les nazis envahissent la Pologne et sa ville, Bedzin, en 1939. Pour la communauté juive, c’est le début de la vie en ghetto, les privations, les humiliations, les violences arbitraires, la peur, les rafles. Puis en 1943, Sam est déporté avec son père, sa mère, ses deux sœurs et ses trois frères cadets au camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Il est le seul à échapper aux chambres à gaz. Il n’a que 16 ans. Porté par une volonté de vivre hors du commun, il travaille alors successivement au déchargement des trains à leur arrivée au camp, sur la funeste Rampe de la mort, puis dans la mine de Fürstengrube, avant de connaître les Marches de la mort et de survivre au bombardement accidentel du paquebot Cap Arcona par la RAF…

Aujourd’hui âgé de 86 ans, Sam Pivnik raconte son histoire pour la première fois : un témoignage saisissant à destination des générations futures, pour ne jamais oublier que cela a eu lieu, que des millions d’hommes, de femmes et d’enfants n’en sont jamais revenus.

Dernière mise à jour : 14. Prochaine mise à jour : 04. Mais il a grandi dans une famille évangéliste, où homosexualité rime avec pêché. Comment s’accepter quand ses propres parents refusent qui on aime, qui on est? Six décennies: c’est ce qu’ont partagé Martin et Mireille, couple vaudois aussi heureux qu’amoureux, avant que celle-ci ne soit emportée par un cancer en 2015. Depuis, Martin, 80 ans, avance cahin-caha vers le crépuscule de sa vie.

Comment surmonter le deuil et la solitude? Ca commence par un rendez-vous chez le médecin. Il annonce à Sylvie, Vaudoise de 19 ans, qu’elle est séropositive. On est en 1988 et le sida est associé aux mœurs débridées, à la toxicomanie.