Retour à Peshawar PDF

Le Pakistan est l’un des deux États issus, avec l’Inde, de la disparition de l’Empire colonial britannique en Inde en 1947. Pour retour à Peshawar PDF période antérieure à 1885, voir l’histoire de l’Inde. Le nom Pakistan a une origine discutée.


« Dans la nuit, les talibans avaient attaqué un dépôt logistique de l’OTAN à Peshawar. Le lendemain matin, dans mon hôtel d’Islamabad, je regardai les premières images à la télévision pakistanaise. Les destructions étaient considérables. Il fallait y aller.
A 11 heures, arriva le fixeur, un turban blanc sur la tête.
Il voulait 400 dollars par jour. Je me dis que ce montant élevé était plutôt bon signe : s’il demandait beaucoup au départ, c’était qu’il ne devait pas avoir l’intention de me vendre à l’arrivée comme otage pour cent fois plus. Je fourrai dans un sac un pull, un bonnet de laine, une bouteille d’eau, mon ordinateur. Dans l’ascenseur, je fus soudain pris d’un doute.
Je me retournai vers lui :
― Kamal, je peux te faire confiance ? Are you reliable ?
Levant les yeux au ciel, il me répondit :
― You know, only God is really reliable ! »

Dans ce livre, à la fois témoignage sur l’étrange métier de reporter, et plongée passionnante dans la fabrique de l’Histoire, Renaud Girard relate ses émotions de correspondant de guerre dans une région qui n’a jamais cessé de le fasciner.

Penjab, Afgania, Kashmir, Indus-Sind et BalouchisTAN. Article détaillé : Théorie des deux nations. La Seconde Guerre mondiale constitue un levier pour les nationalistes indiens, face à un gouvernement britannique qui souhaite la coopération indienne pendant le conflit. Décidés à quitter l’Inde depuis 1945, les Britanniques sont confrontés en 1946 à la multiplication de heurts sanglants entre la communauté musulmane, d’une part, et les communautés sikh et hindoue, d’autre part.

La partition avec l’Inde entraîne de gigantesques déplacements de population. Gouverneur général du nouvel État, son Premier ministre est Liaquat Ali Khan. Le Pakistan démarre sa vie nationale sans fonctionnaires qualifiés et sans infrastructure administrative dans la capitale improvisée de Karachi. Parallèlement, le dirigeant hindou du Jammu-et-Cachemire, le mahârâja Hari Singh, de la dynastie Dogrâ, demande l’assistance de l’armée indienne : le petit État fait l’objet d’incursions de tribus pathanes venues du Pakistan et appuyées par une partie de la population locale. Inde occupe les deux-tiers du Cachemire. Un cessez-le-feu est négocié sous l’égide de l’ONU, il entre en vigueur le 1er janvier 1949. D’emblée, le pays souffre d’instabilité sur le plan politique et est confronté à de grandes difficultés économiques.

Un fort mécontentement gagne le Pakistan oriental, qui se sent peu pris en compte par un gouvernement fédéral géographiquement très éloigné. La Ligue musulmane y essuie des débâcles électorales, notamment en 1954 : de nouvelles élections sont organisées qui conduisent en 1955 à une nouvelle Assemblée nationale qui n’est plus dominée par la Ligue musulmane. Le Pakistan devient la première république islamique au monde après la promulgation de cette Constitution le 23 mars 1956 et Mirza est élu président à titre provisoire. Face à l’impossibilité de réduire l’agitation au Pakistan oriental, le président Mirza se tourne vers le général Muhammad Ayub Khan, commandant en chef des forces armées. 1958, Mirza abroge la Constitution et proclame la loi martiale.

Vingt jours plus tard, les militaires contraignent le président Mirza à l’exil et le général Muhammad Ayub Khan prend le contrôle de la dictature militaire. Les troubles persistent au Pakistan oriental où la Ligue Awami fédère les mécontentements au détriment de la Ligue musulmane. Le président Ayub Khan démissionne en mars 1969 après de terribles émeutes internes à la fin de l’année 1968 et transmet le pouvoir au général Muhammad Yahya Khan qui décrète à nouveau la loi martiale. Aux élections législatives de 1970, la Ligue Awami de Mujibur Rahman remporte un écrasant succès en s’emparant de 160 des 163 sièges attribués au Pakistan oriental, cependant que le PPP de Bhutto domine le reste de l’Assemblée. Sous le nom de Bangladesh, le Pakistan oriental déclare alors son indépendance le 26 mars 1971. Il se voit imposer la loi martiale et est occupé par l’armée pakistanaise.