Revue d’études palestiniennes, numéro 7 (printemps 1983) PDF

Olivier Mathieu, né le 14 octobre 1960 à Boulogne-Billancourt, est un écrivain, journaliste et poète français. Il est principalement connu pour avoir, le revue d’études palestiniennes, numéro 7 (printemps 1983) PDF février 1990, nié l’existence des chambres à gaz dans les camps allemands lors de la Seconde Guerre mondiale en direct à la télévision française. Il se produit en 1972 à la salle Pleyel au sein de l’orchestre de jeunes de son professeur de violon, Alfred Loewenguth.


En 1974, il est naturalisé français. La même année, il signe Le Dernier carré. En 1994, il adopte le chien Però, personnage-clef de ses romans. Ses relations avec l’extrême droite sont néanmoins tumultueuses, et ses engagements dans plusieurs journaux lui valent de solides inimitiés : il quitte le quotidien Présent, avec lequel il considère n’avoir rien de commun, et est licencié du journal Minute.

Il est par ailleurs l’un des auteurs de la thèse affirmant que Tintin a été inspiré par le chef rexiste belge Léon Degrelle, ami de Hergé. Olivier Mathieu affirme, dans une déclaration à L’Événement du jeudi ainsi que dans d’autres périodiques, qu’il n’est pas néonazi, en réponse à certaines accusations en ce sens. Il ajoute :  J’ai pris des positions, oui. Invité à un débat sur l’extrême droite dans l’émission Ciel, mon mardi ! Après sept minutes d’émission, il déclare :  Monsieur Dechavanne, vous parlez de démocratie, alors il faut que les téléspectateurs sachent quelque chose. J’appartiens à une école — historique —, le révisionnisme, dont je suis l’un des représentants. Et vous m’avez interdit, Monsieur Dechavanne, de parler du révisionnisme.

Il s’écrie ensuite  Et, je le dirai haut et clair devant cette plèbe: Faurisson a raison, les chambres à gaz, c’est du bidon ! Cela donne lieu à une première bagarre générale impliquant à la fois les invités et le public. Christophe Dechavanne arrive à rétablir le calme après quelques minutes. Après 20 minutes d’émission, Christophe Dechavanne redonne la parole à Olivier Mathieu.

Débute alors immédiatement une deuxième bagarre générale impliquant à la fois les invités et le public. Christophe Dechavanne ramène le calme avec difficulté, en annonçant au public qu’Olivier Mathieu et l’agresseur du Betar-Tagar ont tous deux quitté la salle. En 1990, il n’obtient aucune voix face à Hélène Carrère d’Encausse. Jean-François Revel en mai 2007 n’est pas officialisée. Alain Robbe-Grillet, en vue de l’élection du 26 mars 2009. En 2011, il est de nouveau candidat, cette fois au fauteuil — le trentième — laissé vacant par le décès de Maurice Druon.

Il se présente à nouveau au printemps 2014, sous le nom d’emprunt de Robert Spitzhacke. Cela fait de lui la seule personne à avoir déposé sa candidature à l’Académie française sous trois identités distinctes. Les Amourettes : storia di Amato Donati, Yermenonville, Testa di Pignatta, 1995, 268 p. Une cicatrice : récit : Florence, 15 janvier 1996, Paris, 30 décembre 1996, Paris, Le Dragon à sept têtes, 1997, 39 p. Tempo di Firenze : roman, Paris-Florence, Testa di Pignatta, 1997, 317 p. Je ne suis pas allée bien loin : roman pour Mireille, Paris, La Volée et le bond de la balle, 1998, 211 p.

Tropique de la Pioche, Rueil, Lella Hallwort, 1998, 494 p. Mes années noires à pleins gaz : on déclare la guerre, Paris, chez l’auteur, 1999, 699 p. Une nuit d’été : roman, Toulouse, Auda Isarn, 2005, 232 p. Nantes, Les Petits bonheurs, 2008, 293 p. Nantes, Les Petits bonheurs, 2010, 311 p.