Revue Sic (54 numéros en 1 volume) PDF

Ces thèses n’ont pas de valeur scientifique. Rarement aura-t-on vu un travail creux habillé avec une telle sophistication . Revue Sic (54 numéros en 1 volume) PDF débat sur les compétences et les diplômes des jumeaux ne date pas d’hier. Ils se targuaient déjà, en 1991, en quatrième de couverture de leur opus Dieu et la science, d’être titulaires de doctorats en astrophysique et en physique théorique.


Las,  ces anciens élèves de Roland Barthes  ne soutiendront leur thèse que 8 et 11 ans plus tard à l’université de Bourgogne. Rapport de la section 01 mathématiques sur la thèse de M. Les éléments de la première partie de la thèse sont rédigés avec une grande naïveté et des erreurs qui montrent la méconnaissance de l’auteur pour un sujet qui est enseigné en maîtrise de mathématique. Le deuxième chapitre continue dans le même style. Rapport de la section 02 Physique sur la thèse de M. Les auteurs du rapport proposent une  analyse détaillée  et commentée de chaque partie de la thèse d’Igor Bogdanov de laquelle il ressort que la  valeur de ce travail est nulle  ainsi qu’une  totale méconnaissance du sujet . Et le rapport de lister les approximations, imprécisions, définitions manquantes, etc :  l’usage d’affirmations floues est si fréquent qu’on est tenté d’y voir un procédé de camouflage de l’absence de réels arguments .

Pourquoi ce rapport est-il resté dans les cartons du CNRS depuis près de sept ans ? Mais ce rapport s’ajoute à la liste déjà longue des agissements douteux des deux frères. Ils ont été épinglés à de nombreuses reprises pour avoir usé de citations tronquées, de petits arrangements avec la vérité, de références bidonnées, de recherches inventées ou d’amitiés exagérées. On ne refera pas ici l’historique des griefs à l’encontre des jumeaux, le site Arrêt sur image en avait dressé la liste cet été, dans un excellent dossier sur le phénomène. Ce qui est extraordinaire, c’est leur ligne de défense. A chaque fois qu’une de leur légèreté est mise au jour, ils usent de la même rhétorique : ceux qui les critiquent sont des jaloux, des aigris ou des demeurés.

Les scientifiques sont des capitalistes : ils abordent la connaissance comme un magot. Ils nous éreintent parce que nous redistribuons ce trésor au peuple. Et quid des journalistes qui ont eu l’irrévérence de mettre le doigt sur leurs incohérences ? Pierre Vandeginste a été traité, en toute finesse, de  débile mental  par les jumeaux dans un entretien au Journal du dimanche. Il faut faire attention à ce qu’on lit sur Internet où beaucoup de frustrés et de semi-décérébrés se déversent. A notre sujet, Rue 89 a publié un article signé par un débile mental . Marianne rappelle également les liens plus ou moins étroits que les frères Bogdanov ont tissé avec des politiques, des puissants et le monde des médias.

Il faut peut-être chercher de ce côté-ci pour comprendre pourquoi ils jouissent d’une telle longévité et d’un tel crédit dans le monde médiatique. On choisira ici celle qui figure sur leurs livres : Bogdanov. Certes Pierre Vandeginste n’y est pas allé avec le dos la cuiller pour épingler la  science fictive  des Bogdanov. J’ai travaillé sous sa direction lorsque j’étais étudiant en journalisme. Le monde ne se porterait pas plus mal s’il y avait plus de  semi-décérébrés  dans son genre avec la même exigence de rigueur et d’honnêteté intellectuelles.

Jonathan Parienté Ce blog est tenu par Benjamin Godard, ensignant et Jonathan Parienté, journaliste. Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Ne sont-ils pas les premiers êtres extra-terrestres venus coloniser la Terre comme dans The Invaders.

En meme temps, si ils se cassent le c. Qu’en est-il du jury et de l’homologation du diplôme par des pairs? Mais pourquoi donc leur a t-on validé leur diplôme de doctorat? Les scientifiques du CNRS ne les ont pas démontés pour le plaisir. La preuve : ils ont gardé ce rapport confidentiel jusqu’à ce qu’une taupe de Marianne vienne y fourrer son nez. Tant pis pour eux, ils ont joué, ils ont perdu.

Peut-on ignorer qu’un jury de thèse, censément composé de scientifiques émérites, leur a attribué le titre de docteurs, sur la base de ces deux thèses ? Vous savez, le CNRS non plus n’est pas blanc pour neige. Il suffit qu’un politique aie promis à un évaluateur peu scrupuleux de devenir doyen d’une grande université de province s’il laissait passer les Bogdanoff et c’est plié. Encore une sale image de la science pour les profanes. Les mollahs de l’athéisme semblent avoir les Bogdanoffs dans leur collimateur, suite à leur blasphème apparent contre la religion laïcarde : citer Dieu dans un ouvrage de science. Il n’y a rien qui ne m’incitera plus à aller acheter leur livre que ces campagnes de destruction médiatique.

L’avantage du privé, c’est que tout le monde sait pour qui on travaille et il n’y a aucune ambiguité. Alors que là, comme dit charly, ça pue la magouille. Je précise à tout hasard que mon message précédent, posté à 17:51, est une pure hypothèse et que rien ne prouve que cela s’est passé comme je l’ai dit. Si d’ailleurs l’auteur du blog pouvait remplacer  Bogdanoff  par  un scientifique lambda , ce serait sympathique de sa part.