Séraphine : comédie en 5 actes (2e édition) PDF

Né au 16 rue Beautreillis à Paris, Victorien Léandre Sardou séraphine : comédie en 5 actes (2e édition) PDF issu d’une famille provençale qui possède une oliveraie au Cannet, près de Cannes. Lors d’un hiver particulièrement rigoureux, le gel tue tous les oliviers et ruine la famille. Comme il gagne très insuffisamment sa vie, Victorien doit se débrouiller seul et est contraint, par manque d’argent, d’interrompre les études de médecine qu’il avait entreprises.


Séraphine : comédie en 5 actes (2e édition) / par Victorien Sardou
Date de l’édition originale : 1869

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et faitPartie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisantPartie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k29596s

Il survit en enseignant le français à des élèves étrangers, en donnant des leçons de latin, d’histoire et de mathématiques et en écrivant des articles pour des encyclopédies populaires. Dans le même temps, il s’efforce de percer dans les lettres. Sa pièce La Taverne des étudiants est représentée à l’Odéon le 1er avril 1854, mais reçoit un accueil orageux, car la rumeur avait couru que l’auteur avait été engagé par le gouvernement pour provoquer les étudiants. La pièce est retirée après cinq représentations. Un autre drame, Bernard Palissy, est accepté à l’Odéon, mais un changement de direction annule l’engagement. Une pièce à sujet canadien, Fleur de Liane, faillit être jouée à l’Ambigu, mais la mort du directeur de ce théâtre fait échouer le projet. Sardou se trouve plongé dans la plus noire misère, et ses malheurs culminent avec une attaque de fièvre typhoïde qui manque de l’emporter.

Malade dans son galetas, entouré de ses manuscrits rejetés, lorsqu’une voisine lui porte secours. Victorien Sardou fait rapidement jeu égal avec les deux maîtres du théâtre d’alors, Émile Augier et Alexandre Dumas fils. S’il n’a pas le sens du comique, l’éloquence et la force morale du premier, la conviction passionnée et l’esprit piquant du second, il est un maître du dialogue, et ses répliques s’enchaînent avec esprit. Il moque la bourgeoisie égoïste et vulgaire dans Nos intimes ! Sarah Bernhardt, à l’instar de nombre de ses pièces ultérieures. Pamela, marchande de frivolités en 1898 au Théâtre du Vaudeville.

Victorien Sardou épouse Laurentine Éléonore Désirée de Moisson de Brécourt, qui meurt huit ans plus tard. Eudore Augustin Soulié et de Marie Catherine Joséphine Vila. Sardou, papillonnant dans le bric-à brac du décor historique ? Il m’a promené dans son grenier de dix-huit mille volumes. 1850, Victorien Sardou se passionne pour le phénomène des tables tournantes, lancé aux États-Unis par les sœurs Fox. Allan Kardec ne définisse le spiritisme, il popularise l’idée d’échanges avec l’au-delà. D’après Sardou, ces œuvres, pour lesquelles il dit être guidé par Mozart ou Bernard Palissy, seraient des représentations de leurs demeures célestes, qu’il situe sur Jupiter, dans la ville imaginaire de Julnius.

Victorien Sardou, un siècle plus tard, Presses universitaires de Strasbourg, 2007. Victorien Sardou : La Tosca , Le Jardin d’Essai, 2007. Victorien Sardou,  Comment j’ai pris les Tuileries, le 4 septembre , La Lecture, t. Notes et souvenirs, Calmann-Lévy, Nouvelle collection historique, 1940, p. Témoins de cette énorme collection, les quelque 2197 numéros du Catalogue de la deuxième partie de la bibliothèque de feu M. Drouot en 10 vacations du 14 au 24 mars 1910. Jean Pieur, Allan Kardec et son époque, Éditions du Rocher, Monaco, 2004, p.