Sorcelleries et Diableries de Bretagne PDF

Pour fêter les cent ans de Claude Seignolle, maître incontesté du récit fantastique, Laurent Lefeuvre adapte quelques une de ses nouvelles. Un homme mystérieux débarque dans un village breton. Il entre dans l’auberge et se précipite devant l’âtre, sans un mot. Mais ni les flammes, ni l’sorcelleries et Diableries de Bretagne PDF-de-vie ne semblent pouvoir le réchauffer.


Jeteurs et leveurs de sorts, sabbats, animaux et lieux  » diaboliques « , diable triomphant ou dupé… des pratiques sorcières aux visions infernales, Dominique Besançon nous entraîne ici au plus profond de l’imaginaire breton. Puisant, pour l’essentiel, dans la littérature orale du XIXe siècle, elle nous présente également des témoignages vivants recueillis dans les années 1980 et rappelle l’ombre de Merlin et des dames enchanteresses du Moyen Age. Sur quel(s) fonds de croyances reposent ces sorcelleries et diableries ? Comment furent-elles perçues et évoquées au fil du temps ? questionne-t-elle en interrogeant l’histoire culturelle et religieuse. Commentées et replacées dans leur contexte, ces Sorcelleries et Diableries de Bretagne éclairent et illustrent de façon originale une conception magico-religieuse de l’univers. Effrayantes, mystérieuses et… drôles, elles séduiront le lecteur pour qui la vieille Armorique fut et reste une terre d’enchantements.

Comment le village réagira-t-il face à cet étranger ? Le vieux Bolazec découvre un grimoire dans sa grange : son trisaïeul Lucas Ploudry était un sorcier. Albarède, le menuisier du village a un don : il sent quand les gens vont mourir. Même ceux qui ont pourtant l’air en pleine forme. Un jour, il pressent que c’est le tour de son enfant. Cette pensée le mine, il cherche à éviter le drame. A la recherche de légendes, Claude Seignolle rencontre un paysan de Sologne peu loquace.

Sa femme prétend qu’il est ensorcelé. Un homme à la dentition très abîmée propose à un dentiste de lui poser deux  » canines d’occasion « . Un loup-garou, des sorciers, un devin et la cruauté des humains sans artifice. Un des albums les plus aboutis de 2017. Une adaptation sulfureuse et enchanteresse de contes fantastiques aux frissons bien agréables à partager !

Quand j’entends le nom de Claude Seignolle, vénérable écrivain et spécialiste du folklore qui a soufflé en juin dernier ses 100 bougies, j’ai toujours un petit frisson nostalgique. Je me revois, jeune adolescent, parcourant les rayons de la bibliothèque de Rosemont à la recherche du roman qui pourrait remplacer les Bob Morane et les Doc Savage que j’avais tout lus. Ce premier amour pour Claude Seignolles, Laurent Lefeuvre l’a ravivé avec Comme une odeur de Diable, sa très belle adaptation bd de quelques-uns de ses contes. Même si j’en parlais avec enthousiasme à chaque fois que je rencontrais Jacques Lamontagne, un de ses grands fans, je dois avouer qu’il ne me restait que quelques souvenirs imprécis de ses écrits.

Il faut dire qu’avec le graphisme sombre du bédéiste et sa mise en page dynamique, les deux hérités de la grande époque de Tales From the Crypt et des adaptations lovecraftiennes d’Horacio Lalia et d’Alberto Breccia, Seignolle ne pouvait rêver d’un meilleur allié pour exprimer toute l’intelligence et la verve de ses contes nourris à la tradition millénaire. Sous ses pinceaux et ses plumes, les légendes seignollesques retrouvent une nouvelle jeunesse et le soupçon d’une terrifiante tragédie fataliste que je ne percevais pas à ce moment, néophyte en fantastique que j’étais. Un coup de maître de Laurent Lefeuvre. Frisson désuet garanti à travers cette adaptation des contes de Claude Seignolle ! Laurent Lefeuvre s’attaque avec son noir et blanc angoissant au martre des legendes de nos campagnes.