Souvenir funeste PDF

Décembre : le mois des guirlandes lumineuses, des vitrines animées et des ouvertures exceptionnelles Bientôt Noël. Des cadeaux poussent souvenir funeste PDF, tout nous pousse à en faire. Ne s’agit-il jamais que d’échanges mercantiles ?


Des casses sans envergure sont prétexte à des prises d’otages au dénouement dramatique. Les femmes enlevées sont violées et martyrisées avant d’être assassinées. Les deux braqueurs, agissant sans logique ni mobile apparent, sont insaisissables. Empêtré dans son enquête, Eddy demande son aide à Léonora, ex-braqueuse de banques toujours en relation avec le milieu. Quand elle refuse, il commet l’irréparable en lui jetant au visage les photos des scènes de crimes. Des cadavres, elle en a trop vu, au Liban, durant la guerre. Ses souvenirs s’emmêlent et cette femme, plus dangereuse que n’importe quel prédateur se met en chasse. Rien ne l’arrêtera. Ni le braquage des bijouteries qu’elle doit organiser avec son clan pour démasquer le meurtrier, ni la perspective de finir entre les mains d’un éventreur, ni l’enfant qu’elle porte… à moins que Jack, flic de talent et père de son enfant, n’y mette du sien. Mais en aura-t-il le temps ? Finaliste de la sélection officielle « Plume de cristal » au Festival international du film policier de Liège 2010 : http://www.festivaliege.be/fr10/romans-competition.asp Lien vers le site de l’auteur : http://www.elsaferini.net/Site_Ferini/

Peut-on seulement rembourser la valeur du cadeau pour être quitte ? Par miracle : apporté nuitamment par un Père Noël discret, le cadeau se découvre comme surgi du néant. C’est pratique : grace à cette entité qu’on appelle le Père Noël, on n’a pas à remercier le généreux donateur, il n’y a qu’à se précipiter vers la cheminée ou le sapin. Dans la réalité ce cadeau a coûté au donateur vous allez le payer ! Le cadeau, pour être un vrai cadeau, devrait tomber du ciel.

Un chat venu de nulle part s’installe dans votre maison : vous le recevez comme un cadeau du ciel, sans donateur à remercier. Les cadeaux impliquent un retour à l’envoyeur -ne serait- qu’un « merci ». On sait que le cadeau ne tombe pas du ciel, mais de la personne qui nous fait face avec un sourire entendu. Les gages de reconnaissance rendent douteuse la véritable générosité : celui qui prétend donner sans calcul, sans réserve, sans attendre de retour, devrait refuser la gratitude de l’obligé. Or il se trouve que la gratitude non plus ne se refuse pas.