Témoignage de déportation : Buchenwald-Dora, octobre 1943-avril 1945 PDF

Photo prise à l’occasion de l’inspection témoignage de déportation : Buchenwald-Dora, octobre 1943-avril 1945 PDF militaires américains de l’armée de l’air dans le complexe souterrain de Dora Mittelwerk, après la libération du camp en 1945. Le camp de Dora, également appelé Nordhausen-Dora, est un camp de concentration nazi créé en août 1943 comme dépendance du camp de Buchenwald et destiné à la fabrication de missiles V2. Environ 60 000 prisonniers de vingt-et-un pays y sont passés et on estime que plus de 20 000 y sont morts. Chaîne de montage souterraine des V1.


Chaîne de montage de V2 dans le complexe Mittelwerk de Dora. SS collaborent étroitement afin de mobiliser toute la main-d’œuvre disponible pour la  guerre totale . Les détenus des camps de concentration et les travailleurs forcés doivent eux aussi être employés dans l’industrie d’armement. Buchenwald sous la dépendance duquel le camp de Dora est placé. Un vaste réseau de tunnels existe déjà dans la colline, qui est un gisement d’anhydrite.

La SS est responsable des travaux d’aménagement. Des détenus de Buchenwald sont affectés à Dora pour aménager les lieux afin d’y installer une usine. Ces hommes sont enfermés jour et nuit dans les tunnels, et, à cause des conditions atroces de vie et de travail, beaucoup meurent au bout de quelques semaines. SARL Mittelwerk, propriété du ministère de l’armement du Reich. La production commence en janvier 1944. C’est seulement au printemps 1944 qu’un camp de baraques est construit à la surface.

Entre septembre 1944 et février 1945, un total de 5 300 V2 sont fabriqués à Mittelwerk, 2 800 sont lancés dont la moitié environ atteignent leur cible : 1 050 tombent sur l’Angleterre, tuant 2 754 personnes et blessant 6 523 autres, détruisant 400 000 maisons, en endommageant plus de 4 000 000. La Belgique connaît le même sort. V2 par jour et Anvers 10. En octobre 1944, le camp de Dora obtient, sous le nom de Dora-Mittelbau, son autonomie. Les brutalités sur les prisonniers, les exécutions des saboteurs réels ou présumés et l’assassinat des détenus mal vus en particulier politiquement sont chose courante dans la phase finale. Vue du camp de Dora-Nordhausen après le bombardement allié avec les bâtiments endommagés et les tués lors de sa libération par les Alliés le 12 avril 1945.

Le 3 avril 1945, à partir de 15 heures, l’aviation anglo-américaine, qui croyait qu’il s’agissait d’un camp militaire, l’a massivement bombardé. Sur les 4 000 prisonniers, 400 ont survécu aux bombes et à l’incendie. Le lendemain matin à 9 heures, l’aviation est revenue bombarder la ville voisine de Nordhausen qui a été entièrement rasée. Le 11 avril 1945, des unités de la IIIe armée américaine libèrent le camp.