Temps de vivre, lien social et vie locale : Des alternatives pour une société à taille humaine PDF

Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 14 mars 2018. EHPAD LIEU DE SOINS, Temps de vivre, lien social et vie locale : Des alternatives pour une société à taille humaine PDF LIEU DE VIE : QUELLES RÉPONSES ACTUELLES AUX BESOINS DES RÉSIDENTS ? Quelle place pour la télémédecine en EHPAD à l’issue des négociations conventionnelles ?


Nous vivons dans une société de la démesure qui a consacré le temps de l’urgence, de la course perpétuelle comme temps dominant notre espace social. La logique de la gestion efficace et de la rationalisation de toute chose a cloisonné et formaté nos espaces sociaux. Il s’agit d’un véritable processus de désappropriation. Nous ne sommes plus maîtres de nos vies, mais dépendants de la télévision, de la publicité, de l’urbanisation galopante, Un état des lieux de cette désappropriation sur plusieurs domaines : sociologie, écologie, anthropologie, urbanisme ; les malaises qui en découlent et le manque d’échange culturel commun (ce que Winnicott appelle l’espace potentiel) ; Des pistes et des solutions pratiques pour se ré approprier son espace : AMAP, écovillages, finances solidaires, jardins partagés pour ne plus être de simples consommateurs et spectateurs passifs du monde.

Fermons-nous les yeux depuis trop longtemps sur le quotidien de ces établissements ? Au regard des nombreux rapports parlementaires écrits au cours de la dernière décennie sur la question de la dépendance prise au sens large, il n’est sans doute pas anodin que le présent rapport soit le premier à traiter spécifiquement de la situation des EHPAD. La profonde crise des EHPAD ne peut laisser indifférent. Les très nombreux courriers qu’ont reçus les rapporteures tout au long de la mission révèlent d’ailleurs l’inquiétude qui traverse notre société au sujet de ces établissements, inquiétude qui ne peut être réduite à un phénomène médiatique. C’est dans ce contexte de tension, illustré par des mouvements de grève dans certains établissements, que la mission  flash  de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale conduite par Mme Monique Iborra avait rendu ses conclusions, le 13 septembre dernier.