Théorie générale des obligations PDF

2 août 1914, conservée aux Archives nationales. Peinture représentant des soldats endormis avec dans les nuages un défilé de soldats de la Révolution et du XIXe siècle. Detaille, Le Rêve, 1888 : tableau montrant des conscrits de la Théorie générale des obligations PDF République en manœuvre rêvant de leurs prédécesseurs. Cette toile patriotique de trois mètres sur quatre primée au Salon de 1888 fut achetée par l’État et reproduite en grand nombre.


Cet ouvrage d’Eugène Gaudemet « conserve un intérêt « selon P. Malaurie et « s’inscrit entre tradition et modernité », pour Denis Mazeaud. En témoignent les deux réimpressions déjà intervenues de cette publication de 1937 (Réimp. en 1965 et 1990). A travers ce cours de théorie générale des obligations, l’auteur explicite différentes théories dont certaines continuent de s’appliquer encore aujourd’hui, en particulier en matière de nullité. Pour Eugène Gaudemet, « l’obligation, c’est le crédit considéré au point de vue juridique ».

La révolution industrielle transforme radicalement l’art de la guerre, non seulement par l’évolution de l’armement et de l’équipement, mais surtout par la capacité donnée aux États d’entretenir des effectifs militaires considérables en cas de guerre : d’armées composées de quelques centaines de milliers, on passe à des millions d’hommes. Une grille d’entrée entre deux corps de garde, donnant sur une vaste cours, cette dernière fermée en arrière-plan par un bâtiment de quatre étages. Compagnie exécutant un feu de salve en ligne. Unité d’infanterie française en manœuvre, 1889.

Chaque homme apte est formé pendant son service, puis ultérieurement reprend l’uniforme lors de  périodes  d’entraînement. Article connexe : Service militaire en France. Un dernier cas est celui des  affectés spéciaux , c’est-à-dire les douaniers, les chasseurs forestiers, les hommes des sections de chemins de fer de campagne, ainsi que les postes et télégraphes. Tableau représentant des officiers vérifiant les chambres des conscrits. Chaque année est donc recrutée une  classe  de conscrits : une classe est l’ensemble des hommes nés une même année et aptes au service. Le général en uniforme simple, le civil en veste et chapeau melon, les deux portant jumelles et bottes. Articles détaillés : Plans de mobilisation français de 1875 à 1914 et Plan XVII.

Le plan appliqué en 1914 est le plan XVII, établi en 1913 par l’État-Major et validé par le Conseil supérieur de la guerre. Il prévoit la mobilisation des hommes, leur concentration aux frontières, leur organisation en plusieurs armées et les directions des premières offensives. En cas de mobilisation générale, tous sont appelés, sans aucune notification individuelle. Nom, prénom, grade, domicile et unité d’affectation.

Indication des gares de départ et d’arrivée. La 12e compagnie du 1er régiment d’infanterie en 1911, casernée à Cambrai. 145 régiments d’infanterie territoriaux, à raison d’au moins un dans chaque subdivision de région militaire. Partie septentrionale de la France, traversée par plusieurs lignes concentriques menant toutes vers la frontière franco-allemande. Schéma représentant les différentes lignes chargées de transporter les corps d’armée.