The Louvre: Architecture PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Les Noces de Cana est un tableau de Paul Véronèse conservé aujourd’hui au musée du Louvre, à Paris. Le tableau est commandé le the Louvre: Architecture PDF juin 1562 par le bénédictin Paul du monastère San Giorgio Maggiore, situé à Venise.


Le tableau fait partie des œuvres d’art attribuées à la France en vertu du traité de Campoformio du 17 octobre 1797 au titre des contributions de guerre à la suite de la première Campagne d’Italie. En 1815, l’Autriche, puissance occupante de l’Italie, réclame le retour à Venise des Noces de Cana. Vivant Denon parvient à convaincre le commissaire autrichien que la fragilité et les dimensions de la toile rendraient son transport très difficile. En 1870, le tableau est mis en sécurité à l’Arsenal de Brest. Il est de retour au Louvre l’année suivante. En 1939, on décide d’évacuer une partie des collections.

En novembre 1942, le tableau retourne au Louvre. Salle du Louvre où se trouve exposé depuis 2005 le tableau Les Noces de Cana. De 1990 à 1992, le tableau connaît une restauration médiatisée. Il s’agit d’une restauration sur échafaudage, in situ et face au public. Alors que la restauration s’achève, l’avocat Arno Klarsfeld et Carla Bruni militent pour le retour du tableau dans le réfectoire des bénédictins de San Giorgio Maggiore à Venise.

Néanmoins, une copie fidèle est exposée à son emplacement originel dans le réfectoire du monastère de San Giorgio Maggiore. On y dénombre 123 personnages, dont certains portraits de contemporains du peintre, comme Pierre l’Arétin. Au centre de la tablée, à l’endroit que devraient occuper les mariés se trouvent Jésus et sa mère Marie. Tous deux sont nimbés d’une auréole, celle du Christ est la plus lumineuse. Les mariés, eux, sont à l’extrême gauche de la toile, relégués en bout de table. Véronèse, une viole à archet, ancêtre de la viole de gambe, à la main, Bassano, tenant un cornet droit, Tintoret avec une petite viole soprano et le Titien avec un violone. Cette séduisante interprétation se heurte au peu de ressemblance des musiciens des Noces de Cana avec les autoportraits de ces peintres.

Ce premier miracle du Christ marque son entrée dans la vie publique. La seule différence vient du fait que le peintre transpose le banquet dans un contexte vénitien contemporain. Malgré ses couleurs chatoyantes et sa foule joyeuse, le tableau de Véronèse contient sa part d’ombre. Plusieurs signes renvoient à la finitude de l’homme. Sur la table de musique, au centre du tableau, un sablier est posé. Il souligne ainsi l’idée du temps qui passe et ne se rattrape pas.