Tous racistes ? : Petit précis des déterminants psychosociaux du racisme et de la discrimination PDF

Cette idéologie peut amener à privilégier une catégorie donnée de personnes par rapport à d’autres. Le Petit Larousse définit le racisme, au sens large du terme, comme  une attitude d’hostilité répétée voire systématique à l’égard d’une catégorie déterminée tous racistes ? : Petit précis des déterminants psychosociaux du racisme et de la discrimination PDF personnes . Les idéologies racistes ont servi de fondement à des doctrines politiques conduisant à pratiquer des discriminations raciales, des ségrégations ethniques et à commettre des injustices et des violences pouvant aller, dans les cas extrêmes, jusqu’au génocide.


Sommes-nous tous racistes ? Posée ainsi, la question se veut
provocatrice. Elle l’est. La réponse apportée est que chacun
d’entre nous peut aisément devenir raciste, beaucoup plus
rapidement que nous pouvons le croire. Cet opuscule se veut
être une présentation, accessible à tous (et en particulier aux
non spécialistes), des mécanismes psychologiques sous-
tendant les perceptions et les relations intergroupes menant
aux discriminations. En effet, les perceptions et
comportements relatifs à autrui dépendent majoritairement de
processus cognitifs qui agissent en automatisme. Mais ils
dépendent aussi des contextes sociétaux et sociaux comme
l’idéologie et le système de valeurs personnelles, l’économie,
les mass médias, la famille, ou encore le type de relations
concrètes qui s’instaurent entre les personnes et les groupes.
Ces contextes viennent renforcer ou inhiber l’expression des
jugements et des conduites discriminantes. Si les processus
agissent très largement en automatisme, est-ce à dire que nous
ne pouvons pas lutter ? Evidemment non. L’auteur propose
quelques pistes de réflexion et d’action issues de la
psychologie sociale.

Au cours de l’histoire, les définitions sociales de la  race  se sont souvent appuyées sur de présupposés caractères de nature biologique. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Essai sur l’inégalité des races humaines est un ouvrage du Français Joseph Arthur de Gobineau paru en 1853 et visant à établir l’existence de races et de différences les séparant. Le mécanisme perceptif du racisme peut être décomposé en plusieurs opérations logiques. Le racisme se fonde sur la focalisation du regard du raciste sur une différence, souvent anatomique. Le racisme associe des caractères physiques à des caractères moraux et culturels.

Le raciste considère les propriétés attachées à un groupe comme permanentes et transmissibles, le plus souvent biologiquement. Le regard raciste est une activité de catégorisation et de clôture du groupe sur lui-même. Races en Égypte antique d’après une peinture murale près de la tombe de Sethi : berbère, nubien, asiatique, égyptien. Le racisme s’accompagne souvent d’une péjoration des caractéristiques du groupe visé. Le discours raciste n’est toutefois pas nécessairement péjoratif.

La phrase  Les Noirs courent vite  constitue ainsi un énoncé raciste malgré son apparence méliorative. Mais plus encore, au-delà du contenu — positif ou négatif — des stéréotypes racistes, l’activité de catégorisation, de totalisation et de limitation de l’individu à des propriétés préconçues n’est en soi pas une activité neutre du point de vue des valeurs. Dans cette perspective, voir et penser le monde social dans les catégories de la race relève déjà d’une attitude raciste. En effet, toutes les sociétés antiques et primitives sont, de notre point de vue contemporain, des sociétés racistes et xénophobes. Les Anciens Grecs distinguent les peuples de l’Hellade, des autres peuples qu’ils appellent barbares. Parmi les peuples considérés comme étrangers, tous ne sont pourtant pas ennemis : les relations militaires, commerciales et diplomatiques instituaient des peuples amis, clients, alliés ou invités qui pouvaient alors être reconsidérés fictivement comme des peuples apparentés.