Très chère Sadie PDF

Qu’est-il arrivé à Baby Jane ? 10 mai 1977 à New York. Star emblématique de l’âge d’or d’Hollywood, elle a été l’très chère Sadie PDF des actrices américaines dont la carrière a été la plus longue.


Star mondiale de la comédie, créatrice de la très déjantée accro du shopping, Sophie Kinsella nous revient avec un nouveau roman tout aussi désopilant, saupoudré d’un soupçon de mystère, de suspense et d’émotion.

Lara, vingt-sept ans, est dans une mauvaise passe : son fiancé est parti tomber amoureux d’une autre, son associée fait la fête sur une plage à Bali pendant que leur business de recrutement frôle dangereusement la faillite, et la voilà forcée d’assister à la crémation d’une très vieille grand-tante qu’elle a dû voir cinq fois tout au plus.

Heureusement, Lara n’est pas seule. Car voici que surgit Sadie : une fille épatante, tout droit sortie des années vingt, fan de charleston et de soirées cocktail, de belles toilettes et de beaux garçons ; une vraie diablesse qui a aussi le chic pour apparaître aux moments les plus inopportuns et qui cultive une curieuse obsession pour un mystérieux collier.

Au contact de cette nouvelle amie, Lara va comprendre qu’ajouter un peu de vintage, un brin de fantaisie et une touche de magie peut résoudre bien des soucis.

Mais qui est vraiment cette très chère Sadie ?

Elle adopte, en même temps que le pseudonyme de son beau-père, un nom de scène : Billie Cassin. Elle tourne en 1925 dans Pretty Ladies et obtient son premier rôle important dans Vieux Habits, Vieux Amis. Mayer, le directeur de la MGM, la bichonne et lui achète une maison et une voiture de luxe. La transformation continue, on la coule dans un moule et on lui crée une image de toutes pièces. Les esthéticiennes des studios se mettent au travail.

Elle est confiée aux bons soins du brillant costumier Adrian, qui se charge, en 1929, de créer le style  Crawford  : glamour et sexy. Il dira d’elle :  Joan est quelqu’un de très hardi et de très déterminé. Il n’y a rien de négatif chez elle. Alors des milliers de femmes sont forcées de l’imiter, non seulement parce qu’elles sont persuadées qu’elles peuvent lui ressembler mais aussi parce qu’elles espèrent pouvoir acquérir ce tempérament positif qui contribue à son rayonnement. Un jour, enfin, elle  trouve  son personnage : lèvres charnues soulignées d’un rouge à lèvres agressif, œil et cils maquillés de façon à approfondir le regard, sourcils épais. Elle sera transformée en une des plus grandes légendes de l’écran noir et blanc par la grâce de la machine à fabriquer les stars qu’est la MGM.