Troie, la guerre toujours recommencée PDF

Elle naît dans le quartier du Marais au 11 bis rue Elzévir, à deux pas de la rue de Thorigny où elle installe bien plus tard son premier théâtre. Ce quartier parisien est celui de troie, la guerre toujours recommencée PDF famille depuis sept générations.


L’Iliade, qui la précède pourtant, est beaucoup moins lue que l’Odyssée. Dommage ! Car c’est un poème épique tout aussi foisonnant et passionnant, « encore plus formidable », selon Yvan Pommaux. Pour reconstituer la célèbre et méconnue guerre de Troie, provoquée par un concours de beauté entre déesses et d’une tricherie, et devenue la mère de toutes les guerres absurdes, mensongères, interminables, Yvan s’est inspiré de la mise en scène des mangas contemporains : plans simultanés, récit complexe, images prépondérantes. Et on s’éclate !

Elle perd sa mère très tôt et son père la met en pension. En 1939, à 16 ans, elle rencontre Maurice Clavel qui dirige ensuite le réseau de la Résistance d’Eure-et-Loir. Nogent-le-Rotrou et de Chartres en 1944. En 1945, elle se fait remarquer pour son interprétation d’une pièce de Federico Garcia Lorca, La Maison de Bernarda Alba. Interprétant par la suite la pièce de Tennessee Williams, Été et fumées, elle se lie à Léonor Fini qui débute alors dans la création de décors de théâtre.

Le cinéma, par l’intermédiaire de Robert Bresson, l’avait sollicitée dès 1943 pour jouer dans Les Anges du péché. En 1955, Agnès Varda, alors photographe au TNP, réalise son premier film, un des premiers manifestes de la Nouvelle Vague. Désormais séparée de Maurice Clavel, Silvia Monfort partage la vie du réalisateur Jean-Paul Le Chanois et participe à ses films. Durant les années soixante, Silvia Monfort se passionne pour la décentralisation culturelle en partant sur les routes avec Jean Danet et ses Tréteaux de France. Chaque soir, ils jouent sous un chapiteau dans une ville différente. Sans cesse en tournée théâtrale, elle écrit une à plusieurs fois par jour à son compagnon Pierre Gruneberg. Griffonnés sur le coin d’une nappe, au dos d’un programme de théâtre ou sur du papier à en-tête d’un hôtel, réactions, mots d’amour et anecdotes s’enchaînent.