Tu m’aimes, lieutenant PDF

Insigne général des goums mixtes marocains : une koumia, portant en lettres rouges l’inscription G. Goumiers du 2e groupe de tabors marocains embarquant dans un chaland de débarquement en Corse pour l’île d’Elbe. Les goumiers marocains étaient des soldats appartenant à des goums, tu m’aimes, lieutenant PDF d’infanterie légères de l’armée d’Afrique composées de troupes autochtones marocaines sous encadrement essentiellement français. Ces unités ont existé de 1908 à 1956.


Tu m’aimes, lieutenant

Alain Meyer

Roman de 158 000 caractères

Le silence d’Erwan est éloquent. Tout à coup, l’entrée. Une vaste ogive percée dans la muraille, fermée par une lourde grille à deux battants. Sur le côté, un petit portillon donne accès à l’intérieur. Deux guérites de part et d’autre ont, depuis longtemps, perdu leur couleur d’origine. À l’intérieur, je devine deux malheureux transis et dégoulinants.

Erwan vient d’arrêter le véhicule. Au-dessus du portail, en arc de cercle, je lis :

TROISIÈME RÉGIMENT D’INFANTERIE

Je me tourne vers Erwan.

— Si nous faisons demi-tour, qu’est-ce qu’il m’arrive ?

— Tu deviens le plus beau déserteur de France.

Retrouvez tous nos titres sur http://www.textesgais.fr/

La création des premiers goums marocains, qui remonte à 1908, est due à l’initiative du général d’Amade. La dénomination de goum sera finalement régularisée le 9 avril 1913 et les unités placées sous l’autorité militaire française à la suite de leur comportement à Fès en 1911. Un goum, l’équivalent d’une compagnie, regroupe environ 200 goumiers. En période de guerre, les goums sont regroupés en Tabor, équivalent d’un bataillon, de trois à quatre goums. Durant la Seconde Guerre mondiale, chaque GTM comporte près de 3 000 hommes dont un peu plus de 200 officiers et sous-officiers.

Maroc après la campagne d’Italie et ne participa pas à la campagne de France. GTM, est créé le 2 juin 1943 et placé sous les ordres du général Guillaume. Article détaillé : Libération de la Corse. Le premier département français à être libéré est la Corse. Libération à laquelle participe le 2e GTM qui est chargé de nettoyer les montagnes dominant Bastia. Le 3 octobre 1943 il prend le col de Teghime. Il est cité à l’ordre de l’Armée.

Entre avril et juin, une partie des troupes a été impliquée dans les crimes de Ciociarie sur des civils. Les goumiers entrent dans Sienne le 3 juillet 1944 et terminent la campagne à San Gimignano. En août 1944, environ dix mille goumiers participèrent aux opérations de la 1re armée française dans le sud et l’est de la France. 1944 et furent cités à l’ordre de l’Armée.

Marseille, le général Guillaume, leur chef, prenant le commandement de la 3e DIA, confie le commandement des goums marocains à son second et camarade de promotion de Saint Cyr, le colonel Hogard. En février 1945, le 4e GTM remplace le 3e GTM rentré au Maroc et participe avec les 1er et 2e GTM à la campagne d’Allemagne. Environ 22 000 goumiers ont combattu de novembre 1942 à mai 1945. De 1948 à 1954, neuf tabors marocains participent à la guerre d’Indochine et s’illustrent notamment lors de la bataille de la RC 4 en septembre-octobre 1950. L’insigne général des goums marocains est constitué par un poignard à bout recourbé ou koumia portant le sigle GMM.