Versailles: Féerie des jardins PDF

Ainay-le-Vieil, dans le département français du Cher. Depuis 1467, versailles: Féerie des jardins PDF château demeure dans la même famille.


Trois générations de suite, il est transmis par les femmes, dont certaines alliances sont à la fois prestigieuses et connues. Ainay-le-Vieil fait aujourd’hui partie de la route touristique Jacques Cœur. Le château est construit sur un site occupé autrefois par les Gallo-Romains. La famille de Bourbon, propriétaire du duché de Bourbon, fut la première historiquement connue. Le château passe ensuite à la puissante famille des Barres. Le château d’Ainay-le-Vieil est l’une des forteresses féodales les mieux conservées du centre de la France.

Son aspect actuel est dû en partie à Jean de Sully qui entreprit de modifier la forteresse primitive vers 1330. Pendant la guerre de Cent Ans, il est le seul château de la région à rester français après la défaite de Poitiers en 1356. Une chapelle est construite par Gilbert de Bigny, vers 1527, dans une des tours : elle est décorée d’un plafond à caissons sculptés dans la pierre qui témoigne de l’avancée de l’influence italienne des débuts de la Renaissance française. Elles sont attribuées à Jean Boucher et son école. La Révolution française épargne la forteresse d’une destruction totale, le marquis de Bigny habitant alors le château de Bigny, au nord de Saint Amand-Montrond. Anatole de Chevenon, devenu le nouveau marquis de Bigny, entreprend la restauration du château et des jardins d’Ainay, entre 1855 et 1860.

1954 : le baron et la baronne Géraud d’Aligny, parents des actuels propriétaires, décident d’ouvrir le château au public. Ils sont à l’initiative de la Route du Cœur de la France, première des Routes historiques en France, avec plusieurs châteaux privés. Elle deviendra par la suite la Route Jacques-Cœur. Depuis 1982, une politique culturelle active est menée. 1984 : une tempête dévaste le parc, point de départ de grands travaux de réhabilitation. 1988 : création de la Route des Parcs et jardins de la Région Centre, sous les auspices de la Demeure historique, par Marie-Sol de La Tour d’Auvergne afin de développer le tourisme de jardins dans la région.

Les hauts murs crénelés sertis de neuf tours, sont équipées de meurtrières et d’un chemin de ronde. L’aspect militaire l’emporte : L’entrée de la forteresse est défendue par un puissant châtelet qui, outre un système d’assommoir, était pourvu d’un pont-levis. Signe des temps, la façade du bâtiment est monumentale : Passées les décennies de tourmente et les derniers avatars de la Guerre de Cent ans, Ainay-le-Vieil montre cette volonté nouvelle d’éblouir et de marquer la puissance nobiliaire retrouvée en empruntant au vocabulaire architectural des édifices religieux. Une restauration récente vient de libérer ces peintures des couches successives de repeints ajoutés au fil des siècles.

Les jardins du château, avec leur roseraie et leurs chartreuses, furent aménagés par les familles d’Aligny, de la Tour d’Auvergne et Peyronnet, les propriétaires actuels. Deux pavillons de style Renaissance tardif marquent l’entrée des jardins. Carré de l’Île » et le Canal de dérivation qui alimente le moulin maintenant « Bassin de la Roseraie ». Au fil du temps, les jardins ont évolué : la structure des chartreuses est construite en surplomb des canaux pour améliorer la qualité et la production de fruits et le potager occupe le « Carré de l’Île ». 1984-1985 fait d’importants dégâts, point de départ de grands travaux de réhabilitation. La première étape de la renaissance du parc fut la création d’une roseraie de roses anciennes qui rassemble une collection de roses rares en voie de disparition.

Fantin Latour pour son odeur exquise et sa centaine de pétales. Ce sont des espaces entourés de murs, reliés par des arcades, qui permettent de protéger les plantes potagères et fruitières des vents froids. Les parterres de broderie évoquent les jardins à la française, qui atteignirent leur apogée avec André Le Nôtre. Ils bénéficient du label « jardins remarquables », décerné par le ministère de la Culture. Le château fait l’objet de plusieurs protections successives au titre des monuments historiques. Caractéristiques des styles, Paris, FLAMMARION Éditeur, 1963, 410 p.

1, Paris, rue Mignon, Imprimerie de E. Paul Rouaix, Histoire des beaux arts Moyen Âge renaissance, Paris, Librairie Renouard, Henri Laurens. Harold Donaldson Eberlein, Abbot Mcclure, Edward Stratton Holloway, The Practical Book of Interior Decoration, philadelphie et Londres, J. Caractéristiques des styles, Paris, FLAMMARION Editeur, 1963, 410 p p. Intervention de Sophie Lagabrielle, conservateur en chef, Musée du Moyen Âge, Paris. Caractéristiques des styles, Paris, FLAMMARION Editeur, 1963, 410 p. Le Cher remarquable, éditions du Berry Républicain.

Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 12 janvier 2019 à 21:44. Le hameau, tel qu’il se présente au visiteur venant du pavillon de Jussieu. Vue aérienne du hameau de la Reine.