Vie ou éloge historique de M. de Malesherbes, suivie de la vie du premier président de Lamoignon PDF

Huile sur toile représentant le marquis de Condorcet. Il est célèbre pour ses travaux pionniers sur la statistique et les probabilités, son analyse des modes de scrutin possibles — le  paradoxe de Condorcet  — vie ou éloge historique de M. de Malesherbes, suivie de la vie du premier président de Lamoignon PDF que par son action politique, tant avant la Révolution que sous celle-ci.


Vie ou éloge historique de M. de Malesherbes, suivie de la vie du premier président de Lamoignon,… par M. Gaillard,…
Date de l’édition originale : 1805

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

22 octobre 1743 lors de manœuvres en Alsace. Condorcet se distingue rapidement par ses capacités intellectuelles. Les premières distinctions publiques qu’il reçoit sont en mathématiques. Alembert et Clairaut, et bientôt, il devient l’élève de d’Alembert. De 1765 à 1774, il se concentre plus particulièrement sur les sciences. En 1765, il publie son premier travail sur les mathématiques, intitulé Essai sur le calcul intégral, qui reçoit un accueil très favorable.

Le 25 février 1769, soutenu par d’Alembert, il est élu à l’Académie royale des sciences. En 1772, il publie de nouveaux travaux sur le calcul intégral, unanimement acclamés. En 1786, il épouse Sophie de Grouchy, la sœur du futur maréchal de Grouchy, lui-même déjà beau-frère de Cabanis. Statue du marquis de Condorcet par Pierre Loison vers 1853. Première statue du pavillon Colbert au pavillon Sully, cour Napoléon, palais du Louvre. En 1774, Condorcet est appelé au ministère par Turgot.

Dès lors, Condorcet déplace son centre d’intérêt des mathématiques vers la philosophie et la politique. En 1776, Turgot est démis de son poste de contrôleur général. Condorcet choisit alors de démissionner de son poste d’inspecteur général de la Monnaie, mais sa démission est refusée, et il reste en poste jusqu’en 1791. Plus tard, Condorcet écrira la Vie de M. Académie des sciences, et en 1782, secrétaire de l’Académie française. Statue en bronze de Condorcet par Jacques Perrin, quai de Conti, Paris, 1894. Porte-parole des Lumières, Condorcet voit dans la Révolution la possibilité d’une réforme rationaliste de la société.

Après la prise de la Bastille, il est élu au conseil municipal de Paris. 1790 De l’admission des femmes au droit de cité. Il déconstruit toute l’argumentation commune qui vise à écarter les femmes des droits de cité : il n’y a pas de femmes de génie ? Il est en tout cas un des maîtres à penser des jeunes nobles libéraux comme le chevalier de Pange ou André Chénier. En 1791, il est élu député de Paris au sein de l’Assemblée nationale législative, dont il devient secrétaire. Condorcet lance le mouvement de l’éducation permanente qui doit permettre à tout citoyen de se former tout au long de sa vie.

Lumières et qui, indépendants du pouvoir, seraient les garants des libertés publiques. Condorcet, qui dispose que :  L’Assemblée nationale, considérant qu’il existe dans plusieurs dépôts publics, comme à la bibliothèque nationale, dans les greffes des chambres des comptes, dans les archives des chapitres, etc. En 1792, il est réélu député de l’Aisne à la Convention nationale. Il y siège avec les Brissotins.

Condorcet se trouve bientôt en mauvaise posture. Deux courants de pensée s’affrontent quant à la manière de réformer l’État français : les girondins, et les Montagnards, ces derniers dirigés par Robespierre. Les girondins perdent le contrôle de l’Assemblée en faveur des jacobins, en 1793. Le jacobin Marie-Jean Hérault de Séchelles propose alors une nouvelle constitution, très différente de celle de Condorcet.