Virginia Woolf – Lytton Strachey : Correspondance PDF

Dans l’entre-deux-guerres, elle est une figure marquante de la société littéraire londonienne et un membre central du Bloomsbury Group, qui réunit des écrivains, artistes et philosophes anglais. Monk’s House, dans le village de Rodmell, où elle vivait avec son mari Leonard Woolf. Virginia Woolf et sa sœur Vanessa jouant au cricket. Portrait de Virginia Woolf – Lytton Strachey : Correspondance PDF Woolf à 20 ans par George Charles Beresford, en 1902.


Le 22 novembre 1906, la jeune Virginia Stephen adresse quelques lignes respectueuses à un ami de son frère ( » Cher Mr. Strachey, nous aimerions tant vous voir, si vous pouviez nous rendre visite un jour prochain. Dimanche qui vient vous conviendrait-il, vers six heures du soir ? Vanessa va beaucoup mieux et aimerait vous parler. « ). Vingt-cinq ans plus tard – l’arc de temps que couvre le présent volume -, ils sont l’un et l’autre célèbres, et à la tête d’oeuvres qui marquent déjà l’époque. Il est le démystificateur féroce du siècle de Victoria, et l’auteur d’essais lumineux sur la littérature, le théâtre et l’histoire ; elle a déjà publié plusieurs de ses oeuvres majeures, de La Chambre de Jacob à Mrs. Dalloway et La Promenade au phare. Ils s’entrelisent, se complimentent, se critiquent, évoquent leur quotidien, moquent les ridicules de l’infortunée Ottoline Morrell et disent tout le bien, et le mal, qu’ils pensent de ceux qui les entourent – de Roger Fry à E. M. Forster, via Keynes, Clive Bell ou Duncan Grant. Publié à l’origine dans une version largement censurée, pour ménager les susceptibilités de certains protagonistes, par Leonard Woolf et James Strachey, cet échange entre deux esprits aigus, et  » pas toujours charitables « , offre une chronique fascinante du cercle de Bloomsbury, et paraît ici pour la première fois dans son intégralité, augmenté de lettres retrouvées depuis l’édition originale.

Angelica Garnett, Vanessa Bell, Clive Bell, Virginia Woolf, John Maynard Keynes et Lydia Lopokova à Monk’s House. 22 Hyde Park Gate, Kensington dans une ambiance littéraire de la haute société. Les parents de Virginia sont tous deux veufs lorsqu’ils se marient. Leur maison abrite les enfants de trois mariages différents.

Sir Leslie Stephen, écrivain, éditeur et alpiniste, était veuf de la fille aînée du romancier William Makepeace Thackeray. Dans ses mémoires, ses souvenirs d’enfance les plus vifs ne sont pourtant pas à Londres, mais à St Ives en Cornouailles où sa famille passe tous les étés jusqu’en 1895. La mort de sa mère, décédée de la grippe en 1895, alors qu’elle avait 13 ans, et celle de sa demi-sœur Stella deux ans plus tard, plongent Virginia dans sa première dépression nerveuse. La mort de son père en 1904 provoque un effondrement des plus inquiétants. Après la mort de leur père, Virginia, Vanessa et Adrian vendent le 22 Hyde Park Gate et achètent une maison au 46 Gordon Square dans Bloomsbury. En 1910, elle participe au  canular du Dreadnought , destiné à attirer l’attention sur le Bloomsbury Group. Elle le surnomme durant leurs fiançailles  le Juif sans le sou .

Cependant, les époux ont des liens forts, et en 1937, Virginia Woolf décrit dans son journal son état d’épouse comme un grand plaisir, son mariage étant complet. Virginia Woolf rencontre en 1922 Vita Sackville-West, bisexuelle comme elle, au sein du Bloomsbury Group. Elles ont une liaison durant toutes les années 1920. En 1928, Virginia Woolf s’inspire de Vita Sackville-West pour créer Orlando, une biographie fantastique dans laquelle le héros éponyme traverse les siècles et change de genre.

Après leur liaison, les deux femmes restent amies. Violet Dickinson, et la compositrice Ethel Smyth. Elle est aussi très proche de sa sœur Vanessa Bell. Virginia Woolf se suicide le 28 mars 1941. Elle remplit ses poches de pierres et se jette dans la Ouse, rivière près de Monk’s House, sa maison de Rodmell. J’ai la certitude que je vais devenir folle : je sens que nous ne pourrons pas supporter encore une de ces périodes terribles.