Zoologie : Les invertébrés PDF

50 millions d’acariens ou de collemboles, 1 million d’escargots ou limaces divers,2 millions de larves de diptères et 5 millions environ d’araignées, de cloportes et divers insectes. Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Des éponges, invertébrés marins de l’zoologie : Les invertébrés PDF des Porifera. Un invertébré est un animal dépourvu de colonne vertébrale, et d’os en général.


Les invertébrés forment un groupe paraphylétique. Ce groupe, défini en négatif, est donc paraphylétique. S’agissant du nombre d’espèces, la part la plus importante de la biodiversité connue est constituée d’organismes invertébrés. 990 000 animaux invertébrés, 360 000 plantes et micro-organismes, et seulement 45 000 animaux vertébrés. De nombreux invertébrés ont récemment disparu de tout ou partie de leur aire naturelle de répartition à cause d’une pollution de plus en plus généralisée de l’environnement terrestre et marin, par les pesticides notamment.

Adapting the IUCN Red List criteria for invertebrates. Frédéric Ducarme,  Pourquoi étudier les invertébrés ? Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 6 décembre 2018 à 13:07.

Les spécialistes de cette discipline sont appelés zoologistes, ou zoologues. Regroupant plusieurs disciplines et utilisant de nombreuses techniques, cette science s’est lentement élaborée au cours des siècles depuis la Préhistoire. Historiquement, les premières réflexions scientifiques concernant la zoologie qui nous ont été transmises sont celles d’Aristote. La frontière entre la zoologie, qui étudie les animaux, et la botanique, qui étudie les végétaux, a été et est toujours sujette à controverses. Le cas des Protozoaires est encore plus problématique. L’étude des êtres vivants unicellulaires révèle des formes ambigües où la distinction entre animal et végétal n’est pas absolue.

Une étroite parenté a été mise en évidence entre Ciliés, Sporozoaires et Dinoflagellés. L’ancien règne animal, diminué de la plupart des formes unicellulaires qui lui avaient été rattachées, se révèle proche d’un groupe renfermant la majorité des anciens champignons Eumycètes. Aurochs représentés dans la grotte de Lascaux. L’Homo sapiens du Paléocène supérieur a réalisé de nombreuses peintures, gravures et sculptures rupestres. Bison polychrome relevé dans la grotte d’Altamira. Rhinocéros à grande corne représenté dans la grotte Chauvet. La période néolithique montre aussi des représentations animales très réalistes.

Au Sahara, une civilisation d’éleveurs remontant au VIe millénaire av. Girafe représentée dans le Tadrart Acacus, en Libye. La révolution néolithique, qui est caractérisée par la domestication des animaux, se prolonge sur la période de l’Antiquité. La connaissance antique de la faune est illustrée par la représentation réaliste d’animaux sauvages et domestiques au Proche-Orient, en Mésopotamie comme en Égypte.

L’invention de l’écriture se traduit pour la zoologie par la présence des animaux dans les hiéroglyphes égyptiens. L’époque de l’Antiquité fut celle d’Aristote dans toute l’étendue scientifique du domaine de la zoologie. Aristote essaye de faire un classement compréhensible d’animaux dans son Histoire des Animaux. 37 volumes écrits en langue latine. Il traite des propriétés des bêtes, des oiseaux et des créatures fantastiques.

70 espèces de mammifères, 109 espèces d’oiseaux, une cinquantaine de reptiles et environ 130 poissons. Cynégétiques décrivant également les animaux exotiques. La connaissance des animaux a relativement peu progressé au cours du Moyen Âge. Il écrit également d’autres livres sur les moutons Kitab al-Sha, les animaux rares Kitab al-Farq et les animaux sauvages Kitab al-Wuhush. De arte venandi cum avibus, dans lequel il décrit plus de 900 espèces d’oiseaux. De animalibus, consacré à la faune.

Cet auteur a donné une importance particulière à la reproduction et la sexualité des animaux. Pour ce qui est de l’étude de la zoologie, ses œuvres sont comparables en importance à celles d’Aristote. Enrichi au fil du temps par des emprunts aux Etymologiae d’Isidore de Séville et à des auteurs absents de la version primitive, il devient la source principale des bestiaires médiévaux. Une célèbre estampe sur bois, gravée par Albrecht Dürer en 1515, et appelée le Rhinocéros de Dürer. Vers 1480, Juliana Berners, probablement prieure du couvent de Sopwell près de St Albans, fait paraître un ouvrage de fauconnerie et un autre sur la pêche. 1554 de l’ouvrage intitulé Aquatilium animalium historiæ. Montpellier, haut lieu des sciences françaises, principalement botanique et médecine, à la Renaissance.